La ville de Liège va-t-elle se doter d'un téléphérique ?

La ville de Liège va-t-elle se doter d'un téléphérique ?
La ville de Liège va-t-elle se doter d'un téléphérique ? - © www.poma.net

La question est dans l'air depuis que l'hôpital de la citadelle, coincé sur une colline, a compris que ses tentatives pour régler son problème d'accessibilité par la voiture mènent à des impasses. L'échevin de la mobilité a organisé une table ronde, ce mercredi, avec des experts et des constructeurs.

Le téléphérique en mode de transport urbain, c'est une mode, mais pas seulement. "L’engouement qu’on constate dans certaines villes européennes s’explique en particulier par l’engouement qu’on a eu dans plusieurs métropoles, notamment sud-américaines ou ailleurs dans le monde, précise David Dubois, fonctionnaire au ministère français de l'écologie. On a montré que ces systèmes de transport par câble pouvaient répondre à des problématiques de mobilité quotidienne. Ces systèmes sont toujours plus performants. La vitesse peut aller jusqu’à vingt-cinq kilomètres par heure".

Et ça, c'est mieux qu'un tramway, par exemple, parce que le déplacement par câble s'effectue en ligne droite. Des réseaux de téléphériques existent dans les capitales colombienne, vénézuelienne, bolivienne, sans souci de sécurité. Les installations peuvent fonctionner même par vent de plus de cent kilomètres heures. Alors, le télécabine serait-il adapté à l'agglomération liégeoise, pour relier le centre-ville à la citadelle, et peut-être, au-delà, à du stationnement de délestage en bordure des autoroutes E40 et E313 ? "Le domaine de pertinence de nos systèmes sont sur des problématiques de dénivelés ou de franchissements, explique Denis Bolavigne, délégué du constructeur Pomagalski. Dès lors que ces problématiques se posent, le câble peut être une réponse pertinente".

Pertinente, mais encore ? "Je connais la topographie de Liège, mais il n’y a pas de projet en tant que tel aujourd’hui. Nous en tant que constructeur, nous intervenons sur un projet quand les appels d’offres sont lancés".

Il reste à préciser les besoins et à mesurer les moyens budgétaires.

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK