La Ville de Bruxelles ne stérilisera plus les pigeons

Après les révélations de GAIA, qui avait filmé les opérations en caméra cachée, la Ville de Bruxelles a envoyé son vétérinaire sur place. Celui-ci n’a détecté aucun problème: les pigeons étaient anesthésiés comme il fallait. Toutefois, envoyer des pigeons belges se faire stériliser en France alors que c'est interdit chez nous pose des problèmes de légalité. Christian Ceux, échevin de l'Hygiène, précise: "Effectivement, les juristes de mon service, après examen, ont estimé qu’il n’y avait pas de certitude quant à la légalité de l’opération. C’est la raison pour laquelle j’ai proposé au Collège, qui m’a suivi, de mettre fin au contrat."

Ce contrat désormais annulé, la Ville ne sait pas encore ce qu’elle fera pour tenter de limiter la croissance des populations de pigeons. L'échevin a commandé une étude à son administration. En tout cas, il n'y a pas de solution miracle. Mario Ninane, administrateur de la Ligue pour la protection des oiseaux, explique: "La stérilisation ne sert pas à grand-chose. En fait, les premiers responsables sont les colombophiles puisque, chaque week-end, on procède à des lâchers de milliers de pigeons et il en y a des dizaines, voire des centaines qui se perdent et qui viennent rejoindre les pigeons des villes. Donc, les solutions seraient de limiter les lâchers de pigeons, éventuellement de construire des pigeonniers là où on peut les nourrir et, éventuellement, contrôler les naissances."

Toutefois, le contrôle des naissances est une solution que la Ville juge impraticable et trop coûteuse. Elle pourrait, en revanche, avoir recours à des campagnes ponctuelles d'élimination pour protéger des bâtiments comme l'Hôtel de Ville de la Grand-Place.

Pierre Vandenbulcke – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK