La Ville de Bruxelles débourse 200.000 euros pour le secteur culturel flamand de Bruxelles

La Ville de Bruxelles débourse 200.000 euros pour le secteur culturel flamand de Bruxelles
La Ville de Bruxelles débourse 200.000 euros pour le secteur culturel flamand de Bruxelles - © Tous droits réservés

200.000 euros, c'est la somme que la Ville de Bruxelles a décidé de débloquer pour aider le secteur culturel flamand à Bruxelles. Le mois dernier, le gouvernement flamand annonçait une économie de 6 % sur les ressources de fonctionnement de certaines institutions culturelles et 60 % sur les subventions aux projets.

Un coup de pouce sous forme d'appel à projets 

La Ville de Bruxelles ne veut pas pallier ces coupes budgétaires du gouvernement flamand, mais elle veut montrer sa solidarité avec les acteurs culturels. Elle lance du coup un appel à projets appelé "Kangouroe-BXL". L'idée est "que les artistes et compagnies soumettent un projet avec leur "Kangourou", à savoir un lieu culturel ou une institution qui reçoit des ressources structurelles avec lesquels ils auront passé un accord". 

L'appel à projets sera lancé le 16 décembre prochain et courra jusqu'au 20 mars 2020. Un total de 200.000 euros sera mis à disposition. 

Les projets pourront bénéficier d’une aide allant de 5.000 à 25 000 euros. Toutes les disciplines des arts vivants peuvent prétendre à cette subvention. Le multilinguisme et le caractère bruxellois du projet seront également des critères pris en compte. Les projets seront sélectionnés par le Collège des Bourgmestre et Echevins sur base d’avis de l’Administration de la Culture de la Ville de Bruxelles et du Cultuuraad.

Pour la Ville de Bruxelles, c'est avant tout un signal fort 

Pour l’échevine de la culture Delphine Houba, " la Ville de Bruxelles n'a pas vocation à se substituer au gouvernement flamand, mais on voulait envoyer un signal. A Bruxelles, il y a 184 nationalités, il y a des francophones, des néerlandophones. On parle énormément de langues sur ce territoire. L'idée c'est de faire travailler les gens ensemble dans des institutions bruxelloises".  

Et le bourgmestre Philippe Close d'ajouter que "nous pensons, c'est vrai, que la culture fait partie intégrante de notre projet de ville. La N-VA a décidé de couper d'abord, sans discussions. Moi, je suis toujours ouvert pour que nous ayons un débat. Et beaucoup de ces institutions nous les gérons ensemble. Donc quand la communauté flamande décide de couper dans les budgets sans discussion avec l'autre partenaire, ce n'est pas une bonne façon de gérer l'Etat". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK