La vente de l'Abbaye de Lobbes empoisonne la vie communale

En 2007, la famille Halbrecq met son bien en vente. Elle ne veut donc pas céder l’abbaye à n’importe qui. Les futurs ex-propriétaires rêvent d’un projet positif pour Lobbes et sa population.

La commune s’y intéresse une première fois. Elle va d’ailleurs mettre la pression puisque une procédure est lancée afin que le site soit reconnu comme site à réaménager. Une procédure SAR qui impose en fait toute une série de contraintes au propriétaire.L’abbaye sera classée deux ans plus tard par le Conseil d’Etat. Finalement, une promesse de  vente est tout de même signée.

C’est alors que le Commissariat général au Tourisme de la Région wallonne entre dans la danse et propose un redéploiement touristique, un partenariat public/privé. De quoi réjouir le propriétaire qui tient à sa région. La commune y serait associée. Elle aurait un droit de superficie sans pour cela devoir supporter, par exemple, des coûts de rénovation. 

Cela semble intéressant sauf qu’en coulisses, au niveau régional, on retrouve un certain Tommy Leclercq (tête de liste PS à Lobbes et chef de cabinet adjoint du ministre wallon du Tourisme). Tout cela ne plaît évidemment pas au bourgmestre cdH Marcel Basile, qui veut à tout prix acheter le bien de son côté. Une somme est même inscrite au budget pour l’acquérir.

Cette décision irrite beaucoup de monde et en premier chef les propriétaires qui ont opté pour le projet du Commissariat général au Tourisme. Ils devront plus que probablement attendre le lendemain du 14 octobre pour y voir un peu plus clair dans ce dossier.

Grégory Fobe

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK