La transparence fait-elle défaut au gouvernement bruxellois?

Conseil des ministres à Bruxelles
Conseil des ministres à Bruxelles - © Belga

La transparence dans les institutions politiques n'est pas toujours au rendez-vous. C'est le cas, par exemple, du gouvernement bruxellois, qui refuse de donner l'ordre du jour de ses réunions, ce que l'on appelle le conseil des ministres. Médias et citoyens ne peuvent consulter la liste des sujets qui seront débattus. C'est le seul gouvernement qui refuse de le faire en Belgique. Et cela fait débat.

Le gouvernement bruxellois ne communique pas officiellement l'ordre du jour du conseil des ministres. L’Ecolo Barbara Trachte s'en étonne. "Plusieurs gouvernements des entités fédérées publient, a priori, des ordres du jour du conseil des ministres, assure-t-elle. C’est, par exemple, le cas des exécutifs wallon et de la Communauté française. Je souhaiterais donc savoir pourquoi le gouvernement bruxellois n’applique pas ces mesures de publicité."

Le gouvernement se dit bien sûr attaché à la transparence, mais dans certaines limites. Bruno De Lille lit la réponse de Charles Picqué, le ministre-président bruxellois. "La nécessaire sérénité que requiert la prise de décision par le gouvernement est également importante. Les citoyens peuvent obtenir les informations qu’ils souhaitent sur base de l’ordonnance du 30 mars 1995, relative à la publicité de l’administration", affirme le texte lu par Bruno De Lille.

En clair, pour vivre bien, vivons cachés et taisons nos disputes. Et si le citoyen veut s'informer, il doit invoquer une loi destinée à obliger les administrations à la transparence. Mais les manœuvres du gouvernement sont vaines. Nous avons vu, récemment, un collaborateur du groupe MR – dans l'opposition donc – brandir l'ordre du jour d'un conseil des ministres n'ayant pas encore lieu.

Philippe Carlot – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK