La tête d'un tueur de chiens et chats mise à prix à Brunehaut

Les propriétaires sont allés plus loin samedi en lançant une chasse à l'homme avec une récompense de 1000 euros pour celui qui démasquera le tueur.
Les propriétaires sont allés plus loin samedi en lançant une chasse à l'homme avec une récompense de 1000 euros pour celui qui démasquera le tueur. - © Flickr/ Christophe Berthod

Depuis plusieurs mois, une vingtaine de chiens et de chats ont été retrouvés morts empoisonnés dans le petit village de Guignies, dans l'entité de Brunehaut (Hainaut). Les propriétaires des chiens et chats morts se sont mobilisés en vue d'arrêter celui ou celle qui empoisonne les animaux domestiques. Ils sont allés plus loin samedi en lançant une chasse à l'homme avec une récompense de 1000 euros pour celui qui démasquera le tueur. Une vidéo publiée sur Facebook a été vues plus de 6000 fois.

Intitulée "Lettre ouverte à l'attention de l'empoisonneur de Guignies", cette vidéo a été vue plus de 6000 fois sur Facebook depuis jeudi. Une dame, dont le chien des parents est la dernière victime de ce fléau, s'adresse au tueur "qui a de gros problèmes psychologiques" et qui est "d'une cruauté sans pareille" et le traite de "criminel" et de "prédateur assoiffé d'une notoriété malsaine", peut-on lire sur sudinfo.be.

Démontrer la détermination

Sur son site internet, Nord Eclair relate que samedi soir, une trentaine de propriétaires d'animaux domestiques se sont réunis sur la place de Guignies pour démontrer à l'empoisonneur, dont ils sont persuadés qu'il est tout proche, leur détermination.

Un autre message, plus dur, a été envoyé à l'empoisonneur: "Il faut te mettre en tête que t'avoir on t'aura! Et la personne qui nous permettra de te trouver aura une récompense de 1000 euros". Une somme qui est le fruit de la participation individuelle des riverains. Une affiche "Wanted" a également été réalisée.

Depuis juillet, une vingtaine d'animaux domestiques ont été empoisonnés dans le village et plus particulièrement près de la Ruelle Dandance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK