La télé chinoise à Ecaussines pour commémorer un épisode peu connu de la seconde guerre mondiale

Ce mardi 18 juin, les couloirs de la résidence de Scaussène, la maison de repos du CPAS d'Ecaussines, ont vu passer des visiteurs inédits : une équipe de la télévision chinoise. Et si celle-ci était venue de l'autre bout du monde ce n'était pas seulement pour fêter l'anniversaire du plus vieux pensionnaire de la résidence, Maurice Doclot, qui célébrait ce jour-là ses 104 ans, mais aussi parce que ce même résident a une histoire particulière avec la Chine. Une histoire qui remonte à 1944, lorsque la petite ville d'Ecaussines était sous occupation allemande.

Pays de résistance, la région d’Ecaussines s’attire encore un peu plus les foudres de l’occupant allemand en juin 1944, après que des résistants locaux aient abattu trois officiers de la SS. Le général allemand Von Falkenhausen souhaite faire un exemple et prend alors une décision radicale : prendre en otage nonante-six habitants d’Ecaussines, dont le jeune Maurice, pour les faire passer ensuite devant un peloton d’exécution. Pris au piège, le reste de la population cherche désespérément un moyen de négocier avec les Allemands : "Ils se sont alors rappelé que dans les Ardennes réside une dame d’origine chinoise, épouse d’un médecin belge, qui a connu Von Falkenhausen parce qu’il a restructuré l’armée chinoise du temps de Tchang Kaï Chek" (Ndlr : le dirigeant nationaliste de la Chine avant la victoire des communistes chinois) nous raconte Joël Masuy, le président du cercle d’Histoire d’Ecaussines. "Ils sont alors allés la chercher, elle est intervenue auprès de lui et les nonante-six habitants ont été sauvés, en tout cas n’ont pas été tués " poursuit Joël Masuy. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître aujourd’hui, Maurice Doclot et nonante-cinq autres habitants du Hainaut ont donc échappé in-extremis au peloton d’exécution grâce à l’intervention d’une citoyenne chinoise.

Peu connu chez nous, cet épisode est devenu extrêmement populaire en Chine, au point qu’une chaine de télévision chinoise en avait déjà fait une série télévisée au début des années 2000. L’affaire prend cette année encore un autre tournant puisque la journaliste venue en Belgique faire l’interview de Maurice Doclot n’est autre que… l’arrière-petite-fille de Siou-Ling Tsien, l’ange gardien chinois de Maurice, décédée en 2008. "C’est l’anniversaire de monsieur Doclot, il a 104 ans et c’est un très bel âge et donc je viens ici car mon arrière-grand-mère a sauvé beaucoup de belges pendant la seconde guerre mondiale et Maurice lui est le seul aujourd’hui qu’on peut trouver qui soit encore vivant" nous explique Tongxin Tsien, la jeune journaliste en question.

A travers les continents et les générations, de la grande Chine à la petite Ecaussines, tout semble séparer Maurice le centenaire et Tongxin, la jeune journaliste asiatique. Et pourtant, le souvenir partagé de Siou-Ling les rapproche bien vite et ranime chez Maurice de nombreux images de la guerre, parfois très difficiles pour lui qui finira tout de même la guerre comme travailleur forcé dans un camp en Allemagne : "Elle est gentille et ça rappelle beaucoup de souvenirs" nous confie-t-il, "Nous avons subi tellement de bombardements durant la guerre (…) c’était une boucherie, il y avait des centaines de tués et nous avons dû ramasser les cadavres " se souvient-il avec émotion.

Malgré ces souvenirs difficiles, le souvenir de l’ange gardien chinois d’Ecaussines n’a jamais disparu dans la région et encore moins dans le cœur de Maurice, qui, à 104 ans, a appris comment dire " santé " en Chinois pour célébrer son anniversaire et l’acte de bravoure de Siou-Ling Tsien.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK