La Sonaca-Gosselies investit en Roumanie avec l'accord des syndicats

Sonaca à Gosselies
Sonaca à Gosselies - © Belga - Virginie Lefour

L'annonce est plutôt surprenante : la Sonaca de Gosselies va construire une usine en Roumanie car la main d'oeuvre y est moins chère. La Sonaca est détenue par la Région wallonne, qui a donné son accord, tout comme les syndicats d'ailleurs. Il s'agira de produire là des pièces de l'Airbus A320 car l'avionneur français va augmenter ses cadences et le site de Gosselies ne pourra pas suivre.

La décision prise par le conseil d'administration de la Sonaca est radicale : l'entreprise va construire une usine dans l'Ouest de la Roumanie afin de répondre à une double demande d'Airbus concernant une augmentation des cadences à un coût salarial toujours plus bas et le "doublonnement" du site carolo stratégique pour la fourniture de certaines pièces. Pour Bernard Delvaux, l'administrateur-délégué de l'entreprise, "une mise à l'arrêt du site pour quelque raison que ce soit (sociale, incendie, accident, etc) aurait des répercussions sur toute la chaîne de production. Il faut donc l'assurance qu'une autre usine puisse prendre le relais".

Le salaire horaire moyen d'un ouvrier roumain est de 5,50 euros alors que celui d'un ouvrier belge est d'environ 35 euros. Pour Pierre Sassi, président de la délégation FGTB de la Sonaca Gosselies, "Certes, ce n'est conforme à la solidarité syndicale qu'on pourrait attendre de nous mais nous n'avons pas le choix : il y a aujourd'hui une telle concurrence dans le monde entier et nous ne sommes ni les premiers ni les derniers à le pratiquer. Il y a des choix à faire ... Si toute la production pouvait se faire à Gosselies, nous serions ravis. Mais les infrastructures ne permettent pas d'agrandir. En tous cas, nous avons exigé, et obtenu, que le volume d'emplois ne bouge pas ici".

Actionnaire public

Pour Bernard Delvaux, "Oui l'actionnaire principal est un actionnaire public, puisqu'il s'agit de la Région wallonne, mais le conseil d'administration a très bien compris que nous étions une société à vocation internationale, et que nous devions lutter à armes égales avec celles qui pratiquent déjà de cette façon. Tant que ça peut se faire avec le maintien d'un emploi constant à Gosselies, moi je trouve ça très bien".

Quant à la recherche d'un partenaire privé potentiel, qui avait été annoncée en 2014, Bernard Delvaux affirme qu'aujourd'hui "on n'est pas dans une situation de relance de la procédure et nous n'avons rien à annoncer à très court terme." En d'autres mots, Pierre Sassi confirme : "on pourrait penser qu'on pare la mariée de ses plus beaux atours avant de la vendre mais il faut être clair : la Sonaca n'est pas assez rentable. On a 2 ou 3% de bénéfices. Aucun investisseur ne prendrait ce risque."

Bords d'attaque

Concrètement, le site carolo continuera l'assemblage de bords d'attaque d'ailes pour 42 avions A320 chaque mois, un chiffre fixé par convention. Le surplus, lui, sera progressivement produit en Roumanie dès 2017.

Par ailleurs, dans le cadre de son plan stratégique global 2014, la Sonaca va injecter 85 millions d'euros dans l'ensemble de ses usines, en Belgique, en Chine et au Brésil. 60 millions seront consacrés au seul site de Gosselies.

Christine Borowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK