La Sonaca décroche un contrat d'un milliard de dollars

La Sonaca est basée à Gosselies, près de Charleroi.
La Sonaca est basée à Gosselies, près de Charleroi. - © Belga

La société aéronautique carolorégienne Sonaca a décroché un contrat d'un montant potentiel d'un milliard de dollars avec le constructeur brésilien Embraer pour la fourniture des becs de bord d'attaque ("slats") et les volets ("flaps") des futurs avions régionaux baptisés E2 - la nouvelle version des Embraer 190 et 195.

La production de ces pièces - celle des flaps est une première pour la Sonaca, qui coopèrera avec son partenaire habituel, la société Asco de Zaventem - se fera en partie en Belgique et en partie dans les usines brésiliennes de l'entreprise wallonne, a indiqué le vice-président de la société, Marcel Devresse, à quelques journalistes en marge du 50ème salon aéronautique du Bourget, près de Paris.

Si un millier d'avions sont produits à partir de 2017, année prévue pour la certification, ce qui est une prévision conforme à la production des actuels jets régionaux d'Embraer, les E-170 et E-190, ce contrat devrait représenter un montant d'environ un milliard de dollars et du travail pour "300 à 400 personnes" pendant une dizaine d'années. Sonaca, qui a une longue expérience de collaboration avec le brésilien Embraer, est maître d'oeuvre sur ces éléments, ce qui signifie que l'entreprise est responsable de la recherche et du développement (R&D), en amont de la production.

Ce contrat représentera, en régime de croisière, quelque 20% du chiffre d'affaires total de Sonaca, a souligné un autre dirigeant de l'entreprise.

Le travail de R&D débute maintenant en coopération entre les deux bureaux d'études, a expliqué M. Devresse.

La Sonaca sera, après le motoriste américain Pratt & Whitney (P&W) qui fournira les réacteurs, le second plus important partenaire d'Embraer sur ce programme.

Les discussions entre Embraer et Sonaca étaient en cours depuis sept mois.

C'est vendredi que les Brésiliens ont confirmé qu'ils avaient retenu l'entreprise carolorégienne, qui était en concurrence avec des fournisseurs potentiels américains ou des usines du groupe Embraer.

Embraer a lancé en grande pompe lundi sa nouvelle génération de jets régionaux baptisée E2 avec 100 commandes fermes et 215 intentions d'achats provenant de plusieurs compagnies de lancement.

Cette nouvelle offre plus de sièges que la génération actuellement sur le marché et garantissant des économies de carburant de l'ordre de 15%.

Les trois versions de cette famille E2 (les E175, E190 et E195) doivent entrer en service entre 2018 et 2020 à un prix équivalent aux appareils actuels.

Le groupe prévoit un investissement de 1,7 milliard de dollars sur huit ans pour ce toilettage de sa gamme.

Embraer a longtemps réfléchi au lancement d'un tout nouvel avion régional plus grand avant d'y renoncer l'an passé. Le constructeur a finalement opté pour la modernisation de sa gamme actuelle, avec une aile offrant 10% de surface supplémentaire et des nouveaux moteurs PW1000G, dits "Geared Turbofan" (GTF).

"Nous avons aidé Embraer à choisir la configuration" définitive de ces appareils, a souligné M. Devresse. Ce programme E2 "nous permettra de maintenir notre bureau d'études (qui compte 350 ingénieurs, ndlr) au top pendant trois à quatre ans", a noté avec satisfaction la direction de la Sonaca.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK