La société TDS, les tôleries de Sclessin, est à la croisée des chemins

Malgré ses efforts, la société RDS peijne à se redresser
Malgré ses efforts, la société RDS peijne à se redresser - © Tous droits réservés

La société TDS joue peut-être sa survie, ce mardi. Cette entreprise d'une centaine de personnes fabrique des meubles de bureau métalliques, à Sclessin. Elle a convoqué son personnel pour tenter d'obtenir un accord sur des efforts supplémentaires en matière de salaires. Mais les travailleurs renâclent. Et les actionnaires s'impatientent.

La société TDS est en crise depuis...le début de la crise. Le mobilier de bureau, c'est l'une des premières dépenses sur lesquelles les entreprises rognent.  Depuis 2008, le carnet de commandes de TDS a littéralement fondu. La société TDS perd annuellement un million et demi. Le rachat par un groupe limbourgeois, voici cinq ans, n'a pas été suivie du redressement escompté.

L'arrivée d'un nouveau directeur, l'année dernière, a quand même permis d'augmenter le chiffre d'affaire, et de réduire les pertes. Mais au prix, notamment, d'un accord de modération salariale, qui est arrivé à échéance à la fin mai, et que la société TDS voudrait prolonger. Simultanément, elle envisage de désengager quatre ouvriers et quatre employés. C'est juste en dessous du seuil de 10% du personnel, qui obligerait l'employeur à suivre la procédure de licenciement collectif. D'où quelques protestations syndicales.

Vendredi, des négociations sociales ont échoué. La société TDS a mis ses travailleurs en chômage économique pour deux jours, avec convocation d'une séance d'information pour ce mardi, une séance peut-être décisive....

Michel Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK