La société sérésienne CMI en grève jusque mercredi

RTBF
RTBF - © RTBF

La société CMI est paralysée par une grève depuis vendredi. Cette entreprise travaille dans la mécanique, et elle subit la crise de l'industrie lourde.

Par mesure d'économie, la direction a remercié la firme de sous-traitance qui s'occupe du nettoyage, et entend obliger un de ses ouvriers à l'entretien des toilettes.
Ce qui choque les travailleurs, c'est la méthode: à prendre ou à laisser.
La société  sérésienne CMI traverse une période délicate: les aciéries, les cimenteries tournent à bas régime, alors forcément, la maintenance industrielle chôme. Une centaine d'ouvriers sont priés de rester à la maison, chaque semaine, depuis le début janvier, sur les 400 que compte la firme. Qu'il faille réduire les coûts, les syndicats disent le comprendre. Que la société CMI renonce aux services du sous-traitant chargé de l'entretien, passe encore. De là à obliger un collègue à une sorte de "corvée-chiottes", c'est la goutte qui a fait déborder le vase...
En milieu de semaine, un salarié, jusque là affecté au département "infrastructure", a été prié d'effectuer le nettoyage. Il a refusé. D'accord pour vider les poubelles, pour laver le réfectoire, mais pas pour s'occuper des douches et des lavatories. Les délégués du personnel sont intervenus pour que les sanitaires, au moins, restent de la compétences de gens formés à ces tâches. Vendredi, l'intéressé a été une nouvelle fois envoyé dans les toilettes, et, comme il n'a toujours pas obtempéré, il a été noté en absence injustifiée. C'est ce qui a déclenché la grève. L'assemblée générale convoquée ce lundi matin a décidé de poursuivre la grève jusque mercredi.

(M. Grétry)
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK