La société liégeoise Cefaly Technology ouvre une filiale aux Etats-Unis

La société liégeoise Cefaly Technology ouvre une filiale aux Etats-Unis
La société liégeoise Cefaly Technology ouvre une filiale aux Etats-Unis - © DR

Dans un climat économique morose, la success story d'une petite société liégeoise est à épingler. Cefaly Technology, installée à Herstal, ouvre une filiale aux États-Unis. La PME a mis au point il y a cinq ans un neurosimulateur externe. L'appareil, qui se porte comme un diadème, est utilisé pour prévenir et traiter les migraines par impulsions électriques. Une première mondiale. Cette année, la société liégeoise, qui emploie une quinzaine de personnes, va doubler son chiffre d'affaires pour atteindre les cinq millions d'euros. Trop à l'étroit, elle compte s'installer dans de nouveaux bâtiments en région liégeoise.

L'appareil médical inventé à Liège par un médecin et un physicien est agréé par la Food and Drug Administration, l'agence américaine des médicaments. Une reconnaissance internationale qui a boosté les ventes de ce casque frontal anti-migraine. Pierre Rigaux, fondateur de Cefaly: "La FDA l'a signalé en disant que c'était le premier appareil de prévention de la migraine approuvé par la FDA et à ce moment-là, la presse américaine a repris l'information puisque c'est une innovation". Et le marché est énorme: "C'est le premier marché pour le médical. On va probablement rattraper en une seule année et dépasser au point de vue des ventes ce qu'on a mis quatre ans pour développer en Europe. On produisait 1500 pièces par mois l'année dernière. Maintenant, on en produit le double".

La fabrication de l'appareil reste wallonne. Une trentaine de personnes y travaillent en sous-traitance: "Tout est fait à Liège et à Bastogne" explique Pierre Rigaux.

Le siège de la société reste aussi à Liège. Un investissement d'1 200 000 euros est prévu pour la construction de nouveaux bureaux dans le parc scientifique du Sart Tilman où sera installé le département Recherche et Développement de la société.

Erik Dagonnier

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK