La société Holcim a l'intention de fermer sa cimenterie de Haccourt

L'unité de broyage de ciment de Haccourt emploie actuellement 43 personnes.
L'unité de broyage de ciment de Haccourt emploie actuellement 43 personnes. - © holcim.be

Le cimentier Holcim Belgique a annoncé lundi aux syndicats son intention de fermer son unité de broyage de ciment de Haccourt, à Oupeye, en province de Liège. L'unité emploie actuellement 43 personnes. Cette décision de fermeture est une conséquence de la crise, notamment dans la construction : les bétonneurs travaillent de moins en moins sur le continent européen.

Pour élaborer du ciment, il faut d'abord mélanger du calcaire et des silices, le cuire à 1400 degrés, et puis enfin le moudre. C'est cette dernière opération qui est réalisée à l'usine haccourtoise du groupe Holcim, avec une quarantaine de personnes. Elle est située à quelques kilomètres de la frontière hollandaise. Et c'est précisément aux Pays-Bas qu'elle écoule les 2/3 de sa production. Mais c'est l'état européen où les ventes ont le plus diminué.

En fait, l'industrie cimentière est en surcapacité sur le vieux continent. Des Français et des Allemands commencent à engorger le marché belge avec leurs surplus. La concurrence est forcenée, et les prix sont à la baisse.

Le groupe Holcim a d'ailleurs ce lundi annoncé d'autres restructurations, notamment dans ses unités suisses. Le cours de l'action Holcim a d'ailleurs méchamment chuté en bourse.

Comme d'habitude, la fermeture des Ciments de Haccourt est présentée comme économiquement  sans alternative. Mais, pour respecter les termes de la loi sur les licenciements collectifs, ce n'est encore à ce stade qu'une intention, même si la date du 30 juin est déjà évoquée.

La première réunion de la phase d’information des travailleurs est convoquée pour ce jeudi.

 

M. Gretry

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK