La rue des Tongres, reine des PV à Etterbeek

Rue de Tongres on constate aussi la disparition des petits commerçants de quartier, les camions de livraison constamment en double-file et la sévérité des amendes de stationnement administrées par les stewards. Décidément le caractère de la rue est en train de changer. 

"Trente secondes de retard et les clients se ramassent une amende. Ils n'ont même plus le temps d'aller chercher leur tickets qu'ils sont verbalisés !" L'opticien Mauroit, président de l'association des commerçants de la rue des Tongres, a de quoi s'inquiéter : cette petite artère commerciale n'est plus ce qu'elle était il y a dix ans. Plus moyen de s'y garer tranquillement sans se ramasser un PV et les tentatives de vols y sont également de plus en plus courantes. "On voit depuis quelques mois des gens passer dans la rue avec des walkmen, se poster devant des enseignes et revenir. Ils sont très organisés", signale-t-il, regrettant par ailleurs qu'on ne trouve plus, rue des Tongres, que des magasins de téléphonie mobile et des coiffeurs. En effet, les commerces indépendants n'y trouvant plus leur compte, tous s'en vont voir ailleurs. C'est le cas notamment du seul libraire de la rue, de la librairie Express, qui a malheureusement presté sa dernière journée mercredi dernier. La chocolaterie Neuhaus ouvrira à sa place prochainement.

Les problèmes sont donc légion rue des Tongres. "Les gens ne la descendent plus. En cause, les camions de livraison en double-file et la longueur du feu rouge à l'angle de la rue avec l'avenue de Tervueren." Mais ce n'est pas tout : depuis plusieurs mois, un groupe d'une dizaine de SDF a établi domicile à l'entrée de la rue, sacs de couchage en prime, devant la banque KBC. "Ce n'est pas bon pour l'image du quartier ", regrette Pierre Mauroit, rejoint là par plusieurs autres commerçants, dont Planet Parfum. "Certains ne sont pas méchants tandis que d'autres insultent les passants et leur font peur avec leurs chiens. C'est un fait : il y a de la mendicité rue des Tongres. C'est une image qui n'est pas souhaitable pour le commerce de la rue."

Ce problème a été récemment relayé au conseil communal etterbeekois.

 

Marina Carré

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK