La restructuration chez NLMK Clabecq pourrait avoir de lourdes conséquences sur les finances d'Ittre

Le groupe sidérurgique russe NLMK envisage de se séparer de la moitié du personnel sur son site de Clabecq. Mardi, avait d'ailleurs lieu la première réunion entre syndicats et direction, dans le cadre de la loi Renault. Les syndicats ont également rencontré dans la journée le ministre wallon de l'Emploi et de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet. Mais on a également parlé de cette restructuration cette semaine au conseil communal d'Ittre... Car même si on parle de NLMK Clabecq, l'entreprise se situe en fait sur le territoire de la commune d'Ittre. Et la restructuration du site pourrait avoir de lourdes conséquences sur les finances communales.

Pour les habitants d'Ittre et ses élus, la restructuration annoncée est d'abord un drame social. "Pour moi, c'est effectivement d'abord et avant tout un drame humain, commente le bourgmestre d'Ittre, Christian Fayt. D'ailleurs, avec mon collègue, le bourgmestre de Tubize, on a décidé d'aider pour mettre en place une cellule de reconversion."

Déjà impactée par la faillite d'IdemPapers, à Virginal, Ittre s'attend désormais aux conséquences financières de la restructuration chez NLMK. L'usine rapportait 2,4 millions d'euros aux finances communales, soit pratiquement un quart du budget.

"Il y a notamment le précompte immobilier, qui comprend les bâtiments et les machines. Sur cet aspect, nous percevons environ 700.000 euros par an." Sans oublier une taxe sur la force motrice de l'usine. "C'est une taxe communale sur les kWh produits. Et là, nous recevons à peu près 600.000 euros."

Enfin, Ittre recevait une compensation du plan Marshall, un plan de soutien à l'usine via l'exonération de taxes. "De la Région wallonne, nous recevions 1 million d'euros, tant pour Idem Papers que pour NLMK, sur un total d'1,2 million."

Privée d'une partie de ses recettes, Ittre devra probablement augmenter ses taxes. Elle espère surtout éviter le pire : la faillite pure et simple, à terme, de l'usine.

Le bourgmestre espère aussi que la reprise d'IdemPaper pourra se pérenniser, car ce site-là aussi représente encore une source de revenus pour Ittre. Les élus de l'opposition, du groupe PA (Participation et Alternative), estiment pour leur part que la commune n'a pas suffisamment diversifié ses ressources, et dépend trop des recettes fiscales de ces deux entreprises. Pour le groupe, il existe aussi des alternatives à l'augmentation des taxes pour compenser le manque à gagner.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK