La Région de Bruxelles-Capitale a gagné plus de 8000 habitants en un an

D’année en année, le constat reste le même : la population bruxelloise ne cesse de croître, comme le montrent les derniers chiffres publiés par le Service public fédéral Intérieur. En date du 1er novembre dernier, le Registre national comptabilisait 1.220.007 habitants en Région de Bruxelles-Capitale. Au 1er novembre 2018, Bruxelles totalisait 1.211.735 habitants comme la RTBF le présentait il y a un an. Soit précisément une hausse de 8272 unités.

Les données reprises par le Registre National sont celles qui reflètent le mieux la réalité. Elles prennent en compte toutes les personnes inscrites dans les 19 communes, quel que soit le registre dans lequel elles figurent : registre de la population, registre des étrangers, registre d’attente (étrangers introduisant une demande d’asile). Ces statistiques sont les plus à jour.

Anderlecht et Molenbeek gagnent des habitants, Schaerbeek en perd

La commune la plus peuplée reste la Ville de Bruxelles et ses différentes entités (Laeken, Haren, Neder-over-Heembeek, quartier européen…) qui dépassent désormais la barre des 185.000 habitants avec 185.701 Bruxellois (près de 3000 habitants). Schaerbeek suit avec 132.813 habitants, soit une perte de 416 habitants. Une première depuis de nombreuses années dans la cité des Ânes. Le podium est complété par Anderlecht qui passe un cap, celui des 120.000 habitants à 121.087 (119.924 l’an dernier).

Parmi les communes qui gagnent proportionnellement un nombre significatif d’habitants, on peut citer Evere à 42.616 (contre 41.819), Ganshoren à 25.221 (contre 24.932), Woluwe-Saint-Lambert à 57.508 (contre 56.591), Woluwe-Saint-Pierre à 42.130 (contre 41.839), Berchem-Sainte-Agathe à 25.483 (contre 25.167), Auderghem à 34.452 (contre 34.125). Enfin, Molenbeek-Saint-Jean ne semble pas souffrir du "bashing" post-attentats. La commune du Nord-Ouest totalise 98.508 habitants contre 97.977 l’an dernier.

Élément intéressant : les communes se féminisent. Une majorité compte plus d’habitantes que d’habitants. C’est le cas à Etterbeek, Evere, Forest, Ganshoren, Ixelles, Jette, Molenbeek, Schaerbeek, Uccle, Boitsfort ainsi que dans les deux Woluwe.

L’accroissement de la population bruxelloise s’explique par deux facteurs principalement : les flux migratoires (européen et extra-européen) ainsi qu’un taux de natalité plus élevé qu’en Flandre et en Wallonie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK