Airbnb, etc: la Région bruxelloise veut réglementer l'accueil des touristes

La Grand-Place de Bruxelles
2 images
La Grand-Place de Bruxelles - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Louer une chambre ou même tout un appartement est a priori moins cher que l’hôtel. Airbnb est certes le plus connu de ces services mais il en existe bien d’autres. Ces logements mis en location sur internet ne sont pas soumis aux règles du secteur hôtelier, ce qui pose problème. La Région bruxelloise veut donc y mettre un peu d’ordre.

Nathalie, une propriétaire, s’est lancée dans l’aventure, via Airbnb, en louant son habitation située à Saint-Gilles pour 80 euros la nuit. Les touristes disposent donc de toute son habitation ; le salon, la salle à manger, un cuisine, une chambre parentale et une chambre pour un enfant.

Cette propriétaire n'a jamais dû prouver à Airbnb que son logement pouvait accueillir des touristes. Elle précise néanmoins que "la maison est en règle à titre privé mais, par rapport à Airbnb, je n’ai eu aucune exigence particulière. Le système repose prioritairement sur les évaluations. C’est le seul feed back qu’on a". Elle a bien reçu la visite d’un photographe mais elle n’a eu droit à une inspection quelconque.

Concurrence déloyale ?

Il y a de plus en plus de cas comme celui-ci à Bruxelles. Il est par contre très difficile d’évaluer l’ampleur de ces nouvelles formes de logements touristiques.

Ce qui amène Christos Doulkeridis (Ecolo), l’ancien secrétaire d’Etat bruxellois au Logement à vouloir "légiférer tout cela" sans pour autant être "pour ou contre". Il ajoute que "si vous recevez des gens qui viennent de l’étranger, ce n’est pas exactement le même type d’obligation que si on est simplement en famille. Il y a aussi des problèmes de concurrence déloyale sur le plan fiscale".

L’année passée, une loi avait été votée pour mieux encadrer ce type d’activité et pour résoudre un vide juridique. Elle émanait du secteur hôtelier traditionnel. Rodolphe Van Weyenbergh de BHA (Brussels Hotels Association) représente les hôteliers bruxellois. Il estime que "toute personne qui pratique l’hébergement touristique doit respecter les mêmes règles". Pour lui, "il faut évidemment mettre fin à la concurrence déloyale à cette zone grise ou noire qui caractérise aujourd’hui le secteur sur Bruxelles".

Le gouvernement bruxellois travaille en ce moment à sa mise en œuvre de cette réglementation. Au cabinet du ministre-président, on refuse de dire précisément en quoi consisteront ces nouvelles règles, les textes passeront devant le gouvernement régional ce jeudi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK