La récente consultation de la société civile a fait des déçus à Molenbeek

Des associations molenbeekoises se sentent tenues à l'écart
Des associations molenbeekoises se sentent tenues à l'écart - © Tous droits réservés

A Molenbeek, plusieurs associations actives auprès des jeunes sont déçues. Elles regrettent de ne pas avoir été invitées à participer à la consultation de la société civile, organisée à Bruxelles, il y a quelques jours, à l'initiative les représentants PS et Ecolo-Groen.

"Avant les élections, on nous écoute. Après, on nous oublie"

Dans un immeuble en pleine rénovation à Molenbeek, nous rencontrons deux responsables de TYN (Talented Youth Network). Ihsane Haouach et Abdelak Chenouili nous font découvrir les locaux. Ici, tout au long de l’année, sont organisées des activités à destination des jeunes du quartier. Animations extrascolaires, sorties, voyages, théâtre, photographie, le tout assuré en grande partie par des bénévoles. Un travail épuisant et qui ne laisse pas beaucoup de temps pour rédiger des notes ou des mémorandums à l’attention du monde politique. Alors à l’annonce d’une prochaine consultation de la société civile, les animateurs de TYN espéraient en faire partie. Ce ne fut pas le cas. Plusieurs associations (L’épicerie, Diversité sur scène, Ras El Hanout, Les Canelles, Bab El Hanout, Brass’Art Digitaal Café, Espace Santé Famille, Collectif Citoyen 2019, Marche à Suivre) partagent leur déception au point de rédiger ensemble une carte blanche qui traduit leur découragement.

Mais qui sont les représentants de la société civile ?

"Pour prendre le pouls de la population, connaître les besoins des quartiers, il faut entendre toutes les composantes de communes comme Molenbeek. Or autour de nous, aucune association de terrain n’a été consultée. On ne sait même pas s’il y a une liste d’associations qui représentent la société civile".

Alors la réalité multiculturelle de Molenbeek serait-elle oubliée par le monde politique qui consulte en vue de la formation des futurs gouvernements ? Une centaine de fédérations, syndicats, ONG, institutions reconnues ont pourtant été invitées à débattre les 27 et 28 juin dernier. Une manière pour les partis PS et Ecolo Groen de prendre le pouls de la population à travers certains représentants. Plusieurs thèmes avaient été choisis : Climat, logement, emploi, social.... Pouvait-on, pour autant, parler de société civile ? Nous avons posé la question à Pierre Baudewyns, professeur de sciences politiques à L’UCL.

La société civile a été entendue, mais pas toute la société civile

"Oui, il s’agit bien de la société civile mais pas de toute la société civile. Et dans ce cas-ci, il ne s’agissait pas d’associations de terrain. Les interlocuteurs choisis représentaient-ils la société dans toute sa diversité ? Ce n’est pas sûr. Mais il n’y a pas que les associations de Molenbeek qui peuvent être déçues. D’autres catégories de la population sont le sont probablement aussi. C’est le problème de ces annonces : mal cadrées, elles sont trop larges et génèrent forcément leur lot de déception."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK