La "rage" des commerçants de Molenbeek après les dégradations du réveillon: "Ce sont des gestes gratuits qui ne mènent à rien"

La nuit du nouvel an a été mouvementée sur la place des Etangs-Noirs à Molenbeek. Commerces vandalisés, voitures incendiées et jets de pierres envers les forces de l'ordre; voilà le triste bilan de la soirée. Aujourd'hui, les commerçants constatent les dégâts. 

Dans cette pharmacie de Molenbeek-Saint-Jean, les dégradations sont importantes. Trois vitrines et la porte d'entrée ont été fracturées."Tout le système informatique. Les écrans ont été emportés et arrachés. Des tiroirs arrachés, des produits endommagés et volés", témoigne le frère de la propriétaire de la pharmacie venu aider à faire le ménage.   "On est en rage évidemment. Ce sont des gestes gratuits qui ne mènent à rien". 


►►► À lire aussi : Catherine Moureaux demande une meilleure "sécurité des citoyens" pour les prochains réveillons


Un peu plus loin, une boutique d'informatique et de téléphonie a, lui aussi été saccagé. "Il y avait une trentaine de personnes en train de saccager le magasin", témoigne le propriétaire qui préfère rester anonyme. Selon lui, les dégâts se chiffrent "entre 25 et 30 000 euros".

 

Voitures incendiées et violence envers les forces de l'ordre

Sur la place devant la station de métro Etangs noirs, des jeunes du quartier ont mis le feu à des déchets qui traînaient sur la voie publique ainsi qu'à un véhicule. Les vitres de trois commerces ont été endommagées. Des jets de cailloux ont ciblé des pompiers et des policiers. Au total, quatre véhicules de police et deux autopompes ont été endommagés par des caillassages et quatre policiers ont été légèrement blessés. Seul l'un d'entre eux a fait valoir le besoin de voir son médecin traitant ce mardi.

Par la suite, trois voitures ont été incendiées dans la rue Ribaucourt. Le feu est parti dans une camionnette, garée à proximité des deux autres voitures. Les façades de deux immeubles inhabités ont également été endommagées. Un expert incendie est descendu rue de Ribaucourt, à la demande du parquet, a précisé Gilles Dejemeppe, porte-parole du parquet de Bruxelles. Il ajoute que l'intention criminelle n'est pas forcément à l'oeuvre dans l'éventualité de jets de pétards.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK