La race bovine Rouge Pie de l'Est bientôt dans vos assiettes

Benoit Darimont, producteur de la Rouge Pie de l'Est
4 images
Benoit Darimont, producteur de la Rouge Pie de l'Est - © RTBF (M. Mélon)

La Rouge Pie de l'Est n'est pas une nouvelle race mais elle avait disparu du marché. Aujourd'hui, 13 communes, 25 éleveurs, des bouchers et la fondation rurale de Wallonie veulent la remettre au devant de la scène ou plutôt dans les rayons des boucheries.

La Rouge Pie de l'Est a la robe rouge et blanche.  Pour la reconnaître, vous devez aussi savoir que le bas-ventre et le bout de la queue sont en blanc.  A Jalhay, Benoit Darimont, producteur de la Rouge Pie de l'Est, est fier de nous la présenter "C'est une vache assez solide qui supporte beaucoup les intempéries.  Au niveau alimentaire aussi, elle n'a pas besoin d'être gâtée, les aliments grossiers lui suffisent.  Maintenant, si on en fait une laitière, il faut la soigner quand-même un petit peu plus fort.  Si on en fait de la viande, il faut aussi finir l'engraissement avec des aliments.  Mais à part ça, c'est une bête, pour laquelle 80% de l'alimentation, c'est de l'alimentation grossière, c'est de l'herbe, du préfané, du foin, tout ce qu'on produit ici".

25 éleveurs de cette région herbagère possèdent ensemble 1 000 bêtes.  Avec le soutien de la fondation rurale de Wallonie, de 13 communes et de bouchers, ils veulent remettre la Rouge Pie sur le devant de la scène.  Benoit Darimont nous explique "Elle a un gros potentiel qui n'a plus été exploité depuis des années puisqu'on a "holsteinisé" la plupart des troupeaux, donc on l'a un petit peu oubliée.  Mais maintenant, je crois que l'heure est venue de se montrer et d'en reparler de nouveau parce que la demande est là.  Même au niveau de sa viande, le lait qu'elle produit, peuvent aussi être valorisés en produit du terroir et ce n'est pas négligeable, surtout dans le contexte actuel, il y a des débouchés pour cette bête-là".

Thomas Kohnen est le patron d'une boucherie à Sourbrodt.  Il est convaincu que la Rouge Pie de l'Est a beaucoup de potentiel qu'il peut mettre à toutes les sauces "C'est une viande facile à travailler, comme la viande du Blanc Bleu Belge.  Mais vous savez, il n'y a pas que le filet pur, il y a aussi des morceaux comme la carbonnade, comme le hachis, comme le bouillis, des rôtis casserole, il faut essayer de vendre toute la bête et pas que les steaks et on sait vendre tous les morceaux car c'est vraiment une viande très tendre".

La clientèle réagit avec enthousiasme, comme par exemple Marc Lemmens "Les produits du terroir, au moins on sait ce qu'on mange.    C'est très important pour nous de savoir ce qu'on trouve chez le charcutier.  On connaît aussi les pâturages où les animaux sont tirés, pour nous c'est très important".

Deux chefs de cuisine de la région de Waimes s'engagent à mettre la Rouge Pie de l'Est à la carte de leur restaurant.

 

Marc Mélon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK