La quasi-totalité des agents pénitentiaires de Bruxelles sont en grève

Les agents de la prison de Saint-Gilles ont arrêté le travail dès mercredi soir.
Les agents de la prison de Saint-Gilles ont arrêté le travail dès mercredi soir. - © JULIEN WARNAND - BELGA

Pour certains établissements, comme à Saint-Gilles par exemple, le mouvement a débuté à la relève de la garde mercredi soir. Ce jeudi, toutes les prisons bruxelloises étaient touchées. Les agents veulent ainsi marquer leur solidarité avec la gigantesque mobilisation nationale qui est en cours dans les rues de la capitale. Ils prolongeront leur action vendredi également. Cette fois-ci pour dénoncer les mesures qui les touchent tout particulièrement dans l’accord de la "Suédoise".

Dans cet accord, syndicats et agents pointent essentiellement la volonté du gouvernement de revoir les effectifs à la baisse. Vendredi, ils manifesteront donc leur mécontentement en se croisant les bras, dans tout le pays.

Actuellement, la sécurité minimale est assurée dans les établissements pénitentiaires par les directions et les gardiens non-grévistes. Les cellules devraient donc rester fermées. La police (réquisitionnée) aurait pris la relève pour Bruxelles et Hasselt. Ailleurs, rien n’est moins sûr.

On sait déjà que le SNPS (le Syndicat national du personnel de police et de sécurité) a confirmé en milieu de matinée que les policiers n’ont effectivement pas relayé les gardiens grévistes en province de Liège. "Quelque 300 policiers sont en grève", a même déclaré Fabrice Discry (président du SNPS)

RTBF