La province de Namur ne sabrera pas dans son personnel, au contraire

La Province de Namur emploie quelque 1000 équivalents temps plein.
La Province de Namur emploie quelque 1000 équivalents temps plein. - © www.provincenamur.be

La province de Namur ne procédera pas à des coupes claires dans son personnel. Elle procédera même à des engagements pour compenser les départs à la retraite l'an prochain, a annoncé jeudi Jean-Marc Van Espen (MR), député-président du collège provincial, présentant le projet de budget de la province pour 2014. Celle-ci consacrera quelque 67,4 millions d'euros ou 57% de son budget ordinaire de 118,117 millions d'euros d'un budget ordinaire à l'équilibre, à ses 1000 équivalents temps plein.

Quelque 800 000 euros seront dédiés au remplacement des agents partant à la retraite, 60 000 euros à la revalorisation des petits barèmes et un total de 3 millions d'euros sur trois ans à l'augmentation de la cotisation patronale sur les pensions, a précisé le député Philippe Bultot.

Plus de 13,6% du budget seront consacrés au fonctionnement de la province, 12,6% à la dette et 4% aux autres dépenses.

Les transferts aux communes, aux quatre intercommunales et d'une enveloppe supplémentaire pour les événements culturels, musicaux et sportifs, représentent 11% des dépenses.

Quelque 2,4 millions d'euros seront transférés aux communes de 2014 à 2016 via un appel à projets dans le cadre du deuxième plan triennal de partenariat province-communes.

Le budget extraordinaire de 40 millions d'euros, dont 29,286 millions d'euros par emprunt, présente un mali de 7,577 millions d'euros à l'exercice propre et un boni de 3,478 millions d'euros à l'exercice général.

Ce budget est consacré aux grands projets structurants de la province, comme le centre pratique de l'Ecole de feu de Sambreville, la rénovation de la Maison de la Culture (22,5 millions d'euros engagés en 2014) ou la construction de la Maison administrative provinciale.

Quelque 250 000 euros seront également dédiés aux travaux des routes et plus de 4 millions d'euros pour les écoles, a précisé la députée Caroline Absil.

Les 145 millions de recettes ordinaires proviennent des taxes (58%), des prestations et transferts (23%) et du fonds des provinces (19%).

Le collège provincial maintient une fiscalité modérée, voire légèrement à la baisse. La taxe sur les établissements dangereux, insalubres et incommodes est supprimée tandis que la taxe sur les débits de boissons des associations sportives, éducatives et sociales fait l'objet d'une simplification administrative.

Le budget hennuyer est à l’équilibre

Le budget de la province de Hainaut a, elle aussi, voté son budget pour l’année 2014. L’équilibre est maintenu, on note même un boni de 4,3 millions d’euros. Un budget adopté par la majorité PS-MR. Le cdH et les Écolos se sont par contre abstenus.

Pas de nouvelles taxes non plus au menu, mais la rigueur restera à l'ordre du jour. La province demande aussi de ne plus devoir gérer les déficits des établissements de culte et les établissements de la laïcité. Jusqu'ici, c'est l'institution provinciale qui devait éponger le déficit de ces établissements (comme la Cathédrale de Tournai, les maisons de la laïcité, les églises orthodoxes ou les mosquées…). MR et PS ont adopté une motion pour demander que cette matière soit transférée à la Région wallonne.

RTBF, avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK