Procédure Renault enclenchée au NLMK Jemappes Steel Center

Le site de NLMK Jemappes
Le site de NLMK Jemappes - © Google map

La direction de NLMK Jemappes Steel Center annoncé jeudi que la procédure d'information et de consultation prévue en phase 1 de la loi Renault a été enclenchée dans le cadre de son intention de fermer le site de production de Jemappes (Mons). Le site emploie actuellement 60 travailleurs dont 40 ouvriers et 20 employés et cadres.

Le site de Jemappes est spécialisé dans le découpage du métal en fines feuilles (refendage de bobines). La holding NLMK exploite deux centres de services en Belgique. "La direction veut poursuivre son programme d'optimisation opérationnelle et il se fait que les deux sites de NLMK à Jemappes et à Manage fonctionnent à la moitié de leur capacité suite à une importante surcapacité du marché et un déclin de la demande pour ces services", a indiqué Caroline Marlair, porte-parole de NLMK".

Pour les travailleurs du site de Jemappes, ce n’est pas une surprise totale, depuis plusieurs semaines, ils sont sur leur garde, ils savent que le marché de l’acier se porte mal " mi -janvier déjà, la direction nous avait prévenu qu’il fallait s’attendre à tout" indique Franco Sciascia, délégué CSC dans l’entreprise depuis 26 ans et qui est tombé de haut quand il a appris la nouvelle "il vise carrément la fermeture du site, là nous sommes encore sous le choc".

Même onde de choc pour Calogero Fortunato, son collègue de la FGTB, qui "affiche" 27 ans de service dans l’entreprise "c’est encore un drame dans la région de Mons-Borinage… Doosan, maintenant NLMK Jemappes, il ne va plus rien rester dans la région".

Pour la direction le site de Manage permet également un stockage plus important d’acier mais les syndicats avancent d’autres atouts pour Jemappes: on y travaille l’acier en grosse épaisseur avec des machines spécifiques.  "A Manage, ils produisent la fine épaisseur mais ici à Jemappes on faisait les deux " constate Calogero Fortunato. Les syndicats espèrent bien sauver quelques emplois au cours des négociations -c’est dans la procédure Renault- en attendant le site de Jemappes restera à l’arrêt jusqu’à ce lundi 9 mars.

Charlotte Legrand, Vincent Clérin & Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK