La prison de Saint-Gilles saturée: pas d'actions avant vendredi

La prison de Saint-Gilles saturée: pas d'actions avant vendredi
La prison de Saint-Gilles saturée: pas d'actions avant vendredi - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

La tenson reste présente à la prison de Saint-Gilles. Depuis quelques jours, la surpopulation de détenus sur place dépasse à nouveau les exigences des syndicats et de la commune. L'établissement accueille aujourd'hui plus de 900 personnes, alors que commune et syndicats estiment que 850 est un grand maximum à ne pas dépasser (la capacité théorique de la prison étant... d'environ 500 détenus).

Retomber sur la barre des 850

Un préavis de grève a été déposé lundi par les représentants du personnel. Mais, finalement, il n'y aura pas d'actions avant au moins vendredi. La Direction générale des établissements pénitentiaires a en effet promis que des transferts allaient avoir lieu d'ici là pour retomber sous la barre des 850. Les premiers gestes sont encourageants selon les syndicats. "Des transfèrements vers d'autres prison ont déjà eu lieu aujourd'hui", précise le délégué CGSP Laurent Lardinois.

En attendant, un accord est intervenu entre représentants du personnel et direction de la prison pour limiter certaines activités sur place. "Parce que ce n'est pas possible avec autant de détenus", explique Laurent Lardinois. "Les cours donnés aux prisonniers sont par exemple suspendus. Mais à côté de cela, les gardiens et le personnel travaillent normalement. Il n'est pas question de se limiter à un service minimum... en tout cas pour l'instant".

Les syndicats doivent se revoir lors d'une réunion avec les travailleurs vendredi. Ils y feront le point sur le nombre de détenus déjà transférés. S'il est satisfaisant, le préavis de grève pourrait être levé. Sinon, le week-end des élections communales pourrait être agité aussi du côté de la prison à Saint-Gilles. Le bourgmestre Charles Picqué (PS), qui brigue justement un nouveau mandat, affirme qu'il ne réagira pas non plus avant un éventuel mouvement d'humeur des syndicats. Ces derniers mois, il avait déclaré qu'il pourrait aller jusqu'à ordonner la fermeture de la prison si la surpopulation continuait à dépasser les 850 détenus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK