Cas de rougeoles à Lantin: le procès Vermeesch suspendu, mesures de confinement à la prison

Procès Valentin Vermeersch : audience suspendue pour suspicion de cas de rougeoles
Procès Valentin Vermeersch : audience suspendue pour suspicion de cas de rougeoles - © RTBF - ACCR

L’audience de la cour d’assises de Liège a été suspendue jusqu'au lundi 3 juin. En cause, plusieurs cas de rougeole détectés à la prison de Lantin, où quatre des cinq accusés de l’assassinat de Valentin Vermeesch sont enfermés, le temps du procès d’assises.

La direction de la prison de Lantin nous a en effet confirmé qu'un cas de rougeole a été avéré, et que 6 autres cas (dont un agent pénitentiaire) présentent des caractéristiques de la maladie. Des mesures de confinement ont été mises en place. Bellinda Donnay, une des accusés, séjourne dans le quartier où le virus a été détecté. Malgré l’état de quarantaine, les accusés ont quitté leur cellule ce matin pour rejoindre le palais de justice. A leur arrivée, aucun n’a été autorisé à sortir du véhicule afin d’éviter une possible propagation de la rougeole.

Les accusés ont été examinés par un expert, le médecin légiste, Philippe Boxho. Ce dernier s'est exprimé devant la cour en début d'après-midi et a mis en garde sur la maladie. « Si on ne prend pas des mesures draconiennes à la prison de Lantin, on risque une épidémie de rougeole », a-t-il averti. Après la mise en garde, la Cour a décidé, dans un premier temps, d'ajourner le procès jusque lundi 3 juin. Des prises de sang vont être effectuées sur les 5 accusés, afin de vérifier s'ils sont immunisés contre la rougeole. Rappelons que la rougeole est une maladie extrêmement contagieuse.

Lundi, elle décidera si le procès peut reprendre normalement. 

Les détenus de Lantin confinés jusqu'au 2 juin

Ce lundi après-midi, la bourgmestre de Juprelle, Christine Servaes (cdH), a réuni la commission de sécurité, qui comprend le directeur de la prison, les services du gouverneur, les médecins, la police... Plusieurs mesures, dont le confinement des détenus, ont donc été prises et resteront en vigueur au moins jusqu'au 2 juin.

Afin de contenir la maladie, les détenus sont confinés dans leur cellule. Une campagne de vaccination va également débuter, tant auprès des gardiens (par la médecine du travail) qu'auprès des prisonniers (par le service médical de la prison), a précisé la bourgmestre de Juprelle.

Les visites sont également interdites. "Un dépistage va être opéré le plus rapidement possible", a ajouté Christine Servaes. Des masques ont aussi été achetés pour les gardiens et détenus.

Ces mesures resteront en vigueur au moins jusque dimanche. A ce moment-là, une évaluation de la situation sera effectuée. "Nous verrons si de nouveaux cas sont apparus", explique Christine Servaes. La période d'incubation de la rougeole est en effet de 10 jours en moyenne. Si de nouveaux cas sont constatés, la commission se réunira à nouveau pour fixer les mesures à prendre.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK