La première statue de Jacques Brel à Bruxelles fait polémique

La statue de Jacques Brel fait polémique.
3 images
La statue de Jacques Brel fait polémique. - © AFP

Une statue de Jacques Brel sera-t-elle inaugurée le 11 octobre prochain sur la place de la Vieille Halle aux Blés, près de la Grand'Place de Bruxelles? La question reste en suspens alors que vient d'être lancée une pétition dans le quartier. L'appel, initié par des habitants, demande à ce que l'oeuvre d'art ne soit pas installée au centre de la placette, devant le banc design de l'artiste Lucile Soufflet et l'arbre, plantés tous les deux en 2003. Les pétitionnaires veulent que la sculpture représentant le Grand Jacques se dresse sur le trottoir qui borde les locaux des Editions Jacques Brel.

Cette proposition semble avoir été formulée par dépit, les riverains estimant que les autorités actuelles de la Ville de Bruxelles ne feront pas machine arrière sur le projet dans son ensemble. Pour cette habitante depuis 40 ans, qui veut rester anonyme, "lorsque la Ville a installé cet arbre et ce banc, c'est parce que les riverains qui avaient été largement consultés à l'époque ne voulaient pas d'une statue au centre de la place". 

Sauf que quelques années plus tard, l'idée d'une statue de l’interprète de "Madeleine" refait surface. Delphine Navez, une autre habitante, installée là depuis 20 ans, parle de "fait accompli". "Cette statue nous est imposée, sans concertation avec les habitants", lâche-t-elle. Le projet émane principalement de deux commerçants, Robert De Geyter (ex-candidat MR aux élections) et Jean-Pierre Malherbe, regroupés en association, "soutenus par l'échevine MR Marion Lemesre qui a marqué son accord", précise Delphine Navez. "Aujourd'hui, cette statue va être installée à moins d'un mètre cinquante du banc de l'artiste Lucile Soufflet qui est sur cette place depuis près de 15 ans. Placer deux œuvres d'art côte à côte est une aberration."

"Confronter des œuvres d'art n'est pas une solution"

Lucile Soufflet, la designer du banc, estime que l'espace choisi pour accueillir la statue de Brel "n'est pas très grand. Il y a suffisamment d'espace et de possibilités autour de ce lieu. Confronter des œuvres d'art n'est pas la meilleure solution." Lucile Soufflet raconte avoir été mise au courant du projet de statue lors du lancement de la pétition. "L'histoire de cette sculpture sur cette place n'est pas une idée nouvelle. Mais elle semble aujourd'hui inappropriée. L'intention des pétitionnaires n'est pas de s'en prendre à la figure de Jacques Brel. Dans l'espace public, il faut de la place pour tout le monde. Il faut tenter de respecter les envies de chacun. D'où la proposition des habitants d'installer la sculpture sur le trottoir."

Pour Delphine Navez, signataire de la pétition, il y a aussi le look de la statue, dont l'allure a déjà été présentée par son concepteur Tom Frantzen. "C'est presque une caricature", sourit Madame Navez. Autre élément mis dans la balance par les tenants de la contestation, l'absence d'accord du Comité d'Arts urbains de la Ville de Bruxelles. Cet organe émet des avis sur l’implantation d’œuvres d’art sur le territoire de la capitale. Dans le cas de la statue de Jacques Brel, le Comité n'a pas été consulté.

"D'ici au 11 octobre, nous souhaitons que la Ville de Bruxelles change de position", ajoute Madame Navez. Pour elle, la statue s'apparente davantage à une attraction touristique et marketing au profit des commerces qu'un réel hommage à l'artiste.

On l'a dit: le projet est porté par l'échevine du Commerce Marion Lemesre (MR). Pour son cabinet, "l'inauguration reste prévue pour le 11 octobre" pour autant que les services techniques de la Ville parviennent à se coordonner. "Pour ce qui est de la procédure, une autre voie que celle du Comité d'Arts urbains a été adoptée à partir du moment où la demande a été introduite auprès du cabinet", nous précise ce dernier. "En tout cas, ce projet a été validé par le collège des bourgmestre et échevins et par le conseil communal" du 6 mars dernier, malgré l'opposition cdH et Ecolo. En d'autres termes: toutes les procédures ont été respectées.

"Un projet magnifique pour nos commerces"

Pour Jean-Pierre Malherbe, à la base de la demande de statue, "l'oeuvre a été réalisée par l'artiste pour cet emplacement précis, au centre de la place. Ce n'est pas pour rien que Tom Frantzen l'a appelée "L'envol". Jacques Brel se présente les bras ouverts, comme voulant s'élever. Et c'est ce qu'on va découvrir lorsque l'on remonte à pied du Manneken-Pis et qu'on arrive sur notre place." Jean-Pierre Malherbe ne comprend pas cette polémique: "Cela fait trois ans que nous travaillons à ce projet. C'est un projet stratégique et magnifique pour notre quartier et nos commerces. Notre place mérite un coup de pouce comme celui-ci. En installant la statue au centre de la Vieille Halle aux Blés, ce sont tous ses habitants et commerçants qui en profitent."

Face à l'opposition, Jean-Pierre Malherbe a lancé une contre-pétition totalisant, selon lui, 210 signatures. La pétition électronique des contestataires a recueilli à ce jour 56 signatures. La version papier circule elle toujours dans le quartier.

Inauguration sans France Brel

Le 11 octobre, si inauguration il y a, elle se fera sans France Brel, la fille de Jacques. Celle-ci a toujours pris pour habitude de ne jamais assister à des cérémonies liées au souvenir de son père, pour éviter toute inconvenance. Il n'empêche: les proches auraient peu apprécié l'esquisse de la statue.

Lundi, lors du conseil communal de la Ville, l'élu N-VA Johan Van den Driessche questionnera le collège sur ce dossier.

Précisons qu'en Région bruxelloise, il n'existait qu'un buste du Grand Jacques, dans le parc de Forest.

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK