La police de Nivelles-Genappe va construire un centre d'entraînement

Faute d’infrastructures adéquates à proximité, les policiers de la zone Nivelles-Genappe, comme ceux d’autres zones du Brabant wallon d’ailleurs, vont régulièrement s’entraîner au tir… à Marche-en-Famenne. Une perte de temps et d’argent qui fait mal, surtout en temps de crise. Et il y a quelques années déjà que l’idée de construire un stand de tir spécifique à la police, à Nivelles, titille les responsables.

Des plans ont été élaborés, ils ont été plusieurs fois modifiés notamment pour limiter les nuisances acoustiques de ce type d’installation, un permis a été accordé, des contacts ont été noués avec plusieurs niveaux de pouvoir pour de potentiels subsides… Et finalement, mardi soir, le conseil de police a franchi le pas. Le projet a été voté, bien que la minorité socialiste se soit partagée entre le nom et l’abstention.

En réalité, plus qu’un stand de tir, c’est un véritable centre d’entraînement qui sera construit avec un budget d’1,6 million d’euros, dont des subsides dont le montant n’est pas déterminé encore mais qui viendront de la Province. C’est que le projet a un intérêt provincial: sept entités de police du Brabant wallon (zones de police, police fédérale…) sont intéressées et prêtes à louer régulièrement les futures installations.

Une salle comprenant six lignes de tir sera aménagée dans les sous-sols. Dans un deuxième temps, pour un montant complémentaire d’environ 250.000 euros, un autre local jouxtant le premier offrira quatre autres lignes de tir. Une fois sortis des caves, les policiers pourront se retrouver dans une salle conçue pour les formations théoriques, et il y aura aussi un dojo équipé de tatami pour former le personnel aux techniques d’intervention.

D’après les calculs du commissaire divisionnaire Pascal Neyman, le chef de la zone de police Nivelles-Genappe, la location du bâtiment pourrait faire entrer chaque année près de 40.000 euros dans les caisses de la zone. De quoi amortir l’investissement à moyen ou à long terme, en plus de faire épargner pas mal d’argent aux communes de Nivelles et Genappe qui ne devront plus envoyer leurs policiers se former à Marche ou ailleurs.

Puisque le vote est acquis, le marché va être lancé, en espérant une adjudication des travaux pour la fin du mois de décembre, et un premier coup de pioche en mars prochain. D’après le cahier des charges, le chantier devrait alors durer un an. Les cibles seront donc criblées de balles de mieux en mieux ajustées à partir d’avril 2015…

 

Vincent Fifi

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK