La Perle rare, entreprise de titres-services à Wavre et Jodoigne, est en faillite

Les bureaux wavriens de la Perle rare.
Les bureaux wavriens de la Perle rare. - © Google Maps

Les 220 salariés ne savent toujours pas de quoi leur avenir sera fait. Certains pointent du doigt ce mardi matin dans les colonnes de Sudpresse la gestion de la direction. Des soupçons de détournement de fonds pèsent sur ses épaules.

Accusée de manœuvres frauduleuses, la direction se défend: il s'agit d'une faillite accidentelle et tout est fait pour éviter le chômage au personnel.

"Cette faillite résulte d'un endettement ONSS abyssal mais qui est tout à fait accidentel et qui n'a pas pu être résorbé en raison de l'attitude récurrente et connue de l'ONSS quant aux modalités et délais de paiement qui sont généralement octroyés, explique François-Xavier Eekhoudt, avocat de la Perle rare. A ce stade, le seul souci de la direction, c'est l'avenir des 220 travailleurs. Depuis dix jours, on y travaille, main dans la main, pour essayer de trouver une solution avant même la faillite prononcée, afin de recaser l'ensemble du personnel. Deux pistes très sérieuses sont sur la table. Si l'une d'elles se concrétise, le personnel ne devrait même connaître deux jours de chômage."

Une réunion d'information à destination du personnel doit se tenir ce mardi matin dans les bureaux de la société.