Le député Christian Van Eyken (UF) est sorti de la prison de Saint-Gilles

Christian Van Eyken
Christian Van Eyken - © DIRK WAEM - BELGA

Il y a eu un vice de procédure, le mandat d'arrêt n'ayant pas été signé par le juge d'instruction. Ine Van Wymersch, substitute du parquet de Bruxelles, précise: "En préparant le dossier pour la chambre du Conseil, le parquet a constaté que le mandat n'était pas signé. Les conséquences sont très graves puisque la loi est claire: si le mandat n'est pas signé, il est nul et la personne doit être libérée". 

L'enquête continue cependant. "Mais Christian Van Eyken ne sera pas en détention préventive pendant la procédure. Il pourra être uniquement placé sous mandat d'arrêt s'il y a de nouveaux éléments ou de nouveaux faits". Il devrait quitter la maison d'arrêt ce jeudi.

"Il n'est pas agréable de passer deux jours en prison. Je vais prendre un peu de repos", a commenté l'élu francophone de manière posée. Il a assuré qu'il continuera à siéger au parlement et qu'il avait reçu "beaucoup de marques de sympathies de ses collègues de tous partis". Il a clamé son innocence et affirmé qu'il y avait suffisamment d'éléments prouvant son innocence ainsi que celle de sa compagne

Cette erreur de procédure bénéficiera à Christian Van Eyken qui ne pourra plus être mis en détention préventive. L'enquête et l'instruction se poursuivent cependant.

Soupçonné d'assassinat

Le député UF au Parlement flamand, affilié au parti DéFI (ex-FDF),  avait été placé ce mercredi sous mandat d'arrêt pour assassinat. Il est soupçonné d'avoir assassiné Marc Dellea, l'époux d'une collaboratrice, avec laquelle il entretiendrait une relation. 

En juillet 2014, Marc Dellea avait été retrouvé sans vie dans son lit à Laeken, une balle tirée derrière l’oreille. C'est son épouse qui avait averti les secours.

Le couple était sur le point de se séparer, selon l'enquête, notamment parce que Sylvia B. entretenait une relation avec Christian Van Eyken. En octobre, la veuve de la victime avait été placée sous mandat d'arrêt. Une arme correspondant au calibre de celle utilisée avait été retrouvée chez la mère de celle-ci.

Et peu de temps avant les faits, des caméras de surveillance avaient enregistré des images de Marc Dellea rentrant dans son appartement, peu de temps avant que Sylvia B. et Christian Van Eyken en sortent.

Le député nie cependant les faits.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK