Panthère des neiges abattue: Gaia demande une enquête

Le propriétaire du parc, Joseph Renson nous explique que l'animal a été signalé dans le parking. "Nous nous sommes rendus à l'endroit où on l'a vu passer et à partir de là on a fait nos recherches avec une équipe de quatre personnes, trois gardiens et un vétérinaire. Nos recherches nous ont menés dans un fourré assez dense, en endroit du parc où on n'avait pas encore été", confie-t-il.

"Là, les gardes sont rentrés dans les fourrés pour essayer de repérer l'animal. Un des gardes s'est retrouvé subitement confronté avec l'animal dans l'obscurité. Et il n'a pas eu d'autre choix que de tirer", explique encore Joseph Renson.

Ce mardi, la jeune panthère des neiges, arrivée depuis deux semaines d'un zoo autrichien, avait brisé la vitre de son enclos pour se balader sur le site du Monde Sauvage d'Aywaille.

Pas besoin de renforcer les mesures de sécurité du parc

Cet incident a tout de même suscité l'inquiétude des riverains proches du parc. Il a d'ailleurs nécessité la mise en place d'un périmètre de sécurité et amené une école toute proche à maintenir tous les écoliers à l’intérieur de leurs classes.

Le Monde Sauvage ne compte pas renforcer ses mesures de sécurité pour autant, précise Joseph Renson : "Pour nous les règles de sécurité sont bonnes. On n'a pas besoin de changer quoi que ce soit. Il y a eu un événement sur lequel nous devons encore faire une enquête approfondie pour voir ce qu'il s'est passé".

Gaïa demande une enquête aux services de la ministre Onkelinx

Michel Vandenbosch, le président de Gaia, l'organisation de défense des animaux, la mort de la panthère pose certaines questions: "Comment se fait-il que cet animal a pu s'échapper ? Comment se fait-il que le personnel du parc n'était pas muni de flèches narcotiques ?".

C'est pourquoi le président demande à la ministre chargée du bien-être animal Laurette Onkelinx d'"ordonner à son service de mener une enquête".

Michel Vandenbosch se pose des questions quant à la sécurité au sein de ce parc zoologique et à la compétence des personnes qui y travaillent: "Ce n'est pas la première fois que des accidents arrivent", se souvient-il.

Jacques Cremers et Mehdi Khelfat

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK