La mise à trois voies de l'E42 se poursuivra dès la fin du mois d'août

L'E42 est une autoroute très fréquentée au niveau européen. Quelques 60 000 véhicules la sillonnent tous les jours sur ses principaux tronçons, dont 12 000 camions. D'ordinaire, on estime qu'une autoroute à deux voies peut accueillir jusqu'à 45 000 véhicules par jour sans encombre. Au delà, cela devient un goulot dangereux et difficilement gérable. Voilà pourquoi il est grand temps de terminer la mise à trois voies de l'E42.

Deux fois 15 kilomètres de chantier

Car il reste 15 kilomètres entre Daussoulx (Namur) et Andenne à combler pour que l'autoroute soit presque totalement à trois voies (hormis deux petits tronçons au trafic beaucoup moins dense qui représentent 11,5 sur les 140 de l'E42). Et cela devrait être fait à l'été 2018 à en croire le ministre Carlo Di Antonio, chargé des travaux publics en Wallonie. Il tenait une conférence de presse à ce propos jeudi matin.

Les travaux commenceront réellement sur le terrain le 28 août prochain, de nuit dans un premier temps. Ils se dérouleront autant dans le sens de l'aller que du retour, en six phases et commenceront par la réfection de la bande d'arrêt d'urgence. Deux voies seront toujours assurées mais rétrécies. Ces travaux devraient coûter quelques 35 millions d'euros et se termineront dans un an...si tout va bien.

Chantier de nuit, une première

Si tout va bien car, lors de la dernière mise à trois voies de cette autoroute en 2012, entre Sambreville et Daussoulx, on avait aussi estimé les travaux à un an et ils ont duré près de deux fois plus longtemps. Mais au cabinet du ministre on nous assure avoir réfléchi à des solutions, comme les chantiers de nuit par exemple.

Du côté des entrepreneurs, on estime que ces chantiers, en nocturne, pourraient permettre d'avancer un peu plus vite mais ils demanderont pas mal d'organisation. De plus, toutes les tâches ne peuvent être effectuées dans ces conditions.

Deux nouveaux parkings

Au-delà de la mise à trois voies de l'autoroute, d'autres chantiers seront menés en annexe comme la création de deux parkings de covoiturage, le curage des bassins d'orage ou encore la réfection des parkings de Fernelmont.

Ces travaux s'inscrivent dans le plan "infrastructures 2016-2019" de la Wallonie et sont financés par la SOFICO, la Société de financement Complémentaire des infrastructures. L'idée est de remettre les routes wallonnes à niveau. Aujourd'hui on a dénombré plus de 15 chantiers de réfection sur l'ensemble du réseau principal wallon. Cela provoque évidemment pas mal de ralentissements et autres bouchons. Reste à espérer que ce soit un mal pour un mieux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir