Infanticide Pronfondeville: "Je n'ai pas vu qu'elle était enceinte", dit le père

"Je n'ai pas vu qu'elle était enceinte, son ventre était plat", dit le papa
"Je n'ai pas vu qu'elle était enceinte, son ventre était plat", dit le papa - © Flickr - Wolleydog

En février dernier, la mère avait étouffé le petit garçon qu'elle venait de mettre au monde. Pour les psychiatres qui l'ont examinée, il s'agirait d'un déni de grossesse. C'est aussi la conviction profonde du père de l'enfant, qui ne s'est jamais aperçu que sa compagne était enceinte. La décision de sa libération sera rendue, par la chambre des mises en accusation de Liège, ce jeudi.

Le père de l'enfant ne se serait aperçu de rien. Quand il a appris que sa compagne avait accouché et étouffé son bébé, il est tombé sous le choc :

"Je n’ai rien vu, son ventre était tout plat et elle ne reposait pas une seconde. Quand elle m'a révélé ce qu'elle avait fait, avant de se livrer à la police, je suis tombé en état de choc moi-même. Ce sont les inspecteurs qui m’ont expliqué ce qu’était un déni de grossesse. Je ne savais même pas que ça pouvait exister".

Il en a d'abord voulu à sa compagne, de ne rien lui avoir dit :

"Au moment de la naissance, pourquoi ne m'a-t-elle pas appelé ? ça a été très vite, elle a paniqué. C'est vrai qu'au début, je lui en voulais pour ça".

 Il la soutient, aujourd'hui et est convaincu par les explications des experts psychiatres judiciaires :

"Elle ne s'est aperçue de rien. Pour elle, ce n'était pas son bébé quand elle a accouché. Ça, elle me l'a dit au début. Petit à petit, je crois que ça a fait son cheminement. Elle a vu des psychiatres et maintenant oui, c'est son bébé. Notre petit bébé".

Le père et la mère espèrent une libération "Pour pouvoir enterrer le petit Nicolas". C’est comme ça qu’ils avaient appelé l’enfant. Même s'il n'a vécu que quelques instants.

La libération de la maman, sans conditions, avait été accordé par la chambre du conseil de Namur, en octobre dernier. Le parquet avait interjeté appel. La chambre des mises en accusation de Liège rend sa décision ce Jeudi.

 

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK