La méfiance s'installe chez les clients d'ArcelorMittal

Travaillant à flux tendu, les constructeurs automobiles, clients d’ArcelorMittal, redoutent que de nouvelles grèves impactent la livraison de leurs tôles.
Travaillant à flux tendu, les constructeurs automobiles, clients d’ArcelorMittal, redoutent que de nouvelles grèves impactent la livraison de leurs tôles. - © Belga

Certains constructeurs automobiles craignent les grèves, dures et trop fréquentes estiment-ils. Ils exigent un stockage de leurs tôles dans un lieu extérieur aux sites de productions liégeois, pour ne pas tomber à court de matières premières. Les syndicats pensent que la direction ne pousse pas assez ses produits et que le groupe défavorise le bassin liégeois.

Désormais, quand il achète à Liège, le constructeur automobile Renault impose à ArcelorMittal de stocker les produits qui lui sont destinés dans des halls en dehors de Liège. Ces halls, c'est ArcelorMittal qui doit les payer. Cela coûte 15 euros de plus la tonne, explique la direction.

Raison invoquée par le constructeur français : le manque de fiabilité sociale à Liège. Les constructeurs automobiles travaillent en flux tendu. L'acier à transformer en carrosserie doit arriver juste au bon moment. Une grève chez ArcelorMittal à Liège risque de rompre la chaîne et de provoquer chômage et pertes chez Renault. Ces grèves sont trop fréquentes et trop dures, estime le client.

Depuis début décembre, quand c'est Liège qui fournit, Renault exige un stockage-tampon près de ses usines. Les syndicats pensent, eux, que c'est la direction liégeoise qui ne pousse pas assez ses produits, et que le groupe défavorise Liège. Même s'ils ne donnent pas la même signification à ces exigences de Renault, syndicats et direction remarquent ensemble que ce n'est pas une bonne nouvelle.

Autre mauvaise nouvelle : la perte des carnets de commandes de Volkswagen, parti à Brême et Ekostahl, autres usines du groupe en Allemagne. Là-aussi la direction invoque le manque de fiabilité sociale et la perte de confiance du client.

 

François Braibant

 


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK