La maison d'Anne Frank "se visite" à l'Abbaye de Stavelot durant un an

La maison d'Anne Frank à l'Abbaye de Stavelot
La maison d'Anne Frank à l'Abbaye de Stavelot - © RTBF

Depuis quelques jours, l'Abbaye de Stavelot propose une exposition inédite consacrée à Anne Frank, cette jeune fille juive qui a vécu dans la clandestinité pendant plus de deux ans à Amsterdam, avant d'être déportée vers les camps où elle mourra. Nous nous sommes immergés, avec des visiteurs, dans les pas d'Anne Frank...

Pendant plus de deux ans, la jeune fille a vécu cachée derrière la porte de cette bibliothèque, pour fuir les horreurs du nazisme.

Denise Fontaine, une visiteuse, avait 12 ans en 1942, quand l'adolescente et sa famille sont entrées dans la clandestinité.  Aujourd'hui, l'expo Anne Frank est à l'Abbaye de Stavelot, et cette Stavelotaine ne voulait pas la manquer.  Car elle sait à quel point ce journal est un témoignage essentiel pour ne pas oublier, plus de 70 ans après. "Moi je suis triste. Pour le moment, ça recommence presque les mêmes histoires, les mêmes histoires qui se sont passées il y a 75 ans d'ici.  J'ai le sentiment que ça peut recommencer".

C'est une crainte partagée par Juliette Franck et sa maman, Béatrice, deux visiteuses. Immergées dans le monde d'Anne Frank, l'intolérance et le racisme sont omniprésents.  En août 1944, la jeune fille est arrêtée et déportée.  Son journal s'arrête ici.  Elle mourra quelques mois plus tard dans un camp de concentration en Allemagne.  Juliette nous donne son ressenti "J'aurais très peur qu'on puisse revivre ça, que les gens fassent une erreur, de voter pour quelqu'un de pas bien.  Je crois qu'on devrait vraiment faire attention à ce qu'on dit, à ce qu'on fait".

Juste après la guerre, le père d'Anne, Otto Frank, seul survivant de la maison, décide de publier le journal.  Voici un extrait du journal "Mon souhait le plus cher est de devenir un jour journaliste et plus tard un écrivain célèbre (...).  Après la guerre, je veux en tout cas publier un livre intitulé "'L'Annexe", reste à savoir si j'y arriverai, mais mon journal pourra servir."  Le journal d'Anne Frank a été publié à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires.

Cette exposition est accessible jusqu'en février 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK