La Louvière: flashé à 100 km/h, il est acquitté par le tribunal en appel

L’homme avait été condamné en première instance, mais a ensuite été acquitté en appel.
L’homme avait été condamné en première instance, mais a ensuite été acquitté en appel. - © Flickr – modenadude

Le tribunal de police avait condamné une première fois ce chauffeur à 10 jours de déchéance de permis de conduire et à 900 euros d'amende. Son avocat est allé en appel du jugement et a obtenu gain de cause, pour une sombre histoire de formation de policiers.

Le policier, en l'occurrence la policière, n'avait pas la formation spécifique pour utiliser le radar Multanova 6F utilisé ce jour-là au moment du constat.  C'est en tout cas l'argument de droit qu'a invoqué son avocat Christophe Redko. Et face à un argument légal, le juge ne peut que s'incliner. Ce qui n'a rien d'immoral,  selon Me Redko. "C’est un peu comme si on demandait à un boxeur si c’était normal qu’il frappe son adversaire. Dans le cas d’espèce, on parle de moralité et pas de légalité. En matière de justice, il y a un élément qui est important : la morale est mise de côté, il s’agit plutôt de savoir si c’est légal."

La formation de la policière remontait ici, selon les attendus du jugement, à 2003. Or, en 2010, un nouvel arrêté royal contraint les radaristes, comme on les appelle dans le milieu, à recevoir une formation spécifique, approuvée lors de l'homologation de l'appareil. Et cette policière n'était donc pas en ordre.

Pas de commentaire à la police de La Louvière pour l'instant. Mais dans la zone voisine de Mons-Quevy, le chef de corps est formel : tous les radaristes sont formés de façon réglementaire. Pas sûr donc que tous les fanas de vitesse au volant puissent obtenir la même clémence en justice.

Manu Delporte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK