La Louvière : face à l'évolution du secteur automobile, l'institut des Arts et Métiers adapte ses formations

L’institut provincial des Arts et Métiers de la Louvière propose désormais une septième professionnelle en électricité automobile et une septième technique en maintenance et diagnostic.
L’institut provincial des Arts et Métiers de la Louvière propose désormais une septième professionnelle en électricité automobile et une septième technique en maintenance et diagnostic. - © rtbf-Grégory Fobe

L’électronique est de plus en plus présente dans les voitures. L’image du garagiste les mains dans le cambouis à la recherche d’une panne, a bien évolué. Les formations pour devenir mécanicien sont elles aussi adaptées en permanence. A l’institut provincial des Arts et Métiers de la Louvière, la filière automobile vient d’être rallongée d’une année avec une septième professionnelle en électricité automobile et une septième technique en maintenance et diagnostic. François Devillers est le responsable de l’atelier où sont donnés les modules pratiques de ces formations : " Il suffit de voir comment une voiture est prise en charge dans un garage. On branche d’abord l’ordinateur avant toute chose. Mais derrière cet outil informatique et son analyse, il y a un technicien qui a des connaissances pointues en électronique et en électricité. C’est un profil qui est demandé et nous avons l’ambition de préparer nos élèves pour qu’ils acquièrent les connaissances que cette fonction nécessite ! "

Ici on pense déjà à l’avenir et aux futures voitures électriques voir à l’hydrogène ; de nouvelles technologies qui pour être enseignées demandent du matériel spécifique. L’école a donc dû investir. " La difficulté c’est que nous sommes vraiment dans une période de grands changements, précise Luciano Fancello l’un des formateurs. Même les constructeurs ne savent pas toujours où ils vont. Nous devons donc bien réfléchir quand nous réalisons des achats pour être sûr qu’ils seront utiles. "

Dernière acquisition en date : un pont qui permettra notamment de pouvoir travailler sur les futures voitures autonomes. Un investissement conséquent de 15.000 euros.

Dans le même temps, l’établissement noue de nouveaux partenariats avec le secteur privé et les concessionnaires de la région du Centre. L’objectif est de pouvoir donner un maximum de chances aux treize élèves inscrits de trouver rapidement leur place dans le monde professionnel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK