La légalisation des jeux en ligne va rapporter 9 millions d'euros aux Régions

A ce jour, 310 000 personnes se sont inscrites sur les sites légaux de jeux on line (illustration).
A ce jour, 310 000 personnes se sont inscrites sur les sites légaux de jeux on line (illustration). - © Belga

La Région wallonne percevra quelque 3 millions. Selon le cabinet du ministre bruxellois des Finances, Guy Vanhengel, la capitale devrait percevoir plus ou moins 1 million d'euros. Une somme rétrocédée par le Fédéral via la taxe sur les jeux et paris en ligne. Et vu le succès des jeux on line, cette manne financière devrait augmenter dans les prochaines années.

La législation belge sur les jeux en ligne a vu le jour en 2011. Pour éviter les arnaques, les amendes et les poursuites pénales, de nombreux joueurs se sont rapidement inscrits sur les sites légaux. A ce jour, ils sont 310 000 et pourraient atteindre la barre des 350 000 début 2013. "La jeune population joue de plus en plus sur Internet, déclare Etienne Marique (président de la Commission des jeux de hasard). C’est beaucoup plus facile, il y a moins de contrôle social. Je pense donc qu’il y aura une augmentation des recettes fiscales sur les jeux on line à l’avenir."

Une trentaine de sites sont légaux ; beaucoup plus sont dans l'illégalité. La Commission a dressé une liste noire des 50 principaux sites illégaux. Il s'agit notamment des sites dont le serveur est basé dans un paradis fiscal à l'étranger. "Nous avons averti les hébergeurs de sites et les fournisseurs d’accès qui, s’ils continuent à diffuser les jeux illégaux, peuvent être poursuivis pénalement."

Les opérateurs illégaux risquent jusqu'à 600 000 euros d'amende par infraction constatée ; les utilisateurs de sites frauduleux, jusqu'à 150 000 euros. Dérangés par la législation belge, des exploitants ont introduit des recours en justice. Mais selon la Commission des Jeux de hasard, la loi belge est bien faite et donc inattaquable.

Jean-Claude Hennuy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK