La guerre des périodiques laissera des traces à Woluwe-Saint-Pierre

"Vivre à Woluwe", un toutes-boîtes publié avec le concours de l'ancien responsable du journal communal, Patrick Rahier.
"Vivre à Woluwe", un toutes-boîtes publié avec le concours de l'ancien responsable du journal communal, Patrick Rahier. - © RTBF

Jeudi soir, le conseil communal, à huis-clos, examinait la motion de l'opposition PS-Ecolo demandant la démission du bourgmestre Willem Draps et de l'échevin des Finances, Jean-Claude Laes, de l'asbl Wolu-Graphic. Il s'agit de l'asbl qui édite le journal communal. En cause : les menaces à peine voilées du bourgmestre et de son échevin envers l'éditeur d'un journal concurrent.

Lors d'une discussion, en octobre 2010, dans le bureau du bourgmestre, l'échevin Laes et Willem Draps menacent à mots couverts l'éditeur de "Vivre à Woluwe", un toutes-boîtes publié avec le concours de l'ancien responsable du journal communal, Patrick Rahier.

L'éditeur, Gilles Elsen, enregistre la conversation à l'insu des deux élus. Un an plus tard, l'enregistrement se retrouve en possession du conseiller de l'opposition, le socialiste Emmanuel Degrez. Cette semaine, l'ensemble des élus de Woluwe-Saint-Pierre ont écouté l'enregistrement. Et jeudi, lors du conseil communal, ils devaient se prononcer sur le maintien ou non de Willem Draps et de Jean-Claude Laes à la tête de l'asbl ''Wolu-Graphic''.

Avant le vote, l'échevin Laes a annoncé spontanément sa démission. Restait à statuer sur le sort du bourgmestre. La motion de l'opposition a été rejetée par 15 voix contre 10 et 5 abstentions ou votes nuls. Emmanuel Degrez ne compte pas en rester là. ''On fera une conférence de presse, pour tirer le bilan de ce vote. Nous demandons la démission du bourgmestre et de son échevin des Finances. C’est vraiment allé trop loin. Ce sont des mœurs complètement inexplicables.''

Une demande de démission pour la forme, Willem Draps compte fermement rester en place.

Philippe Carlot

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK