La future piscine de Jonfosse au menu du Conseil communal de Liège

Parmi les points évoqués au conseil, la piscine de Jonfosse et la mise en place de ruches dans la Ville
Parmi les points évoqués au conseil, la piscine de Jonfosse et la mise en place de ruches dans la Ville - © RTBF

Parmi les autres points à l'ordre du jour ce lundi au conseil: la problématique des abeilles en Ville et l'ancienne Grand Poste de Liège.

Ce lundi, le conseil communal de Liège a vu l'arrivée d'un nouvel élu libéral. Le nouveau venu sur le banc du MR est Philippe Devos, un médecin anesthésiste de 37 ans qui a la particularité de posséder une double nationalité : il est à la fois belge et français. Le nouvel élu libéral remplace Olivier Hamal, démissionnaire du Mouvement Réformateur. Il a pu examiner différents points mis  à l'ordre du jour, dont la piscine de Jonfosse, les abeilles en milieu urbain et l'ancienne Grand Poste.

Le dossier de la future piscine Jonfosse avance

Le conseil a approuvé ce lundi le cahier des charges pour l'appel à partenaires privés. Le dossier a été élaboré par un consultant français, un ancien champion de natation, Mickaël Pasek, qui était présent pour répondre aux questions des élus. Cet expert a conçu un établissement où vont cohabiter, aux mêmes heures, les enfants des écoles, les clubs sportifs et les adultes venus se relaxer. De quoi multiplier le nombre d'utilisateurs, et donc assurer la rentabilité de cette infrastructure.

Des ruches en Ville

Face à la baisse de population des abeilles, essentielles à la pollinisation des fruits et des légumes, et donc, à l'alimentation des humains, un élu libéral a suggéré la mise en place de ruches, en Ville, et une conseillère écologiste a interpellé les échevins sur l'utilisation de pesticides dans l'entretien des parcs et jardins municipaux. La Ville annonce des actions de sensibilisation de son personnel et des citoyens à la problématique de la mortalité des abeilles.

L'ancienne Grand Poste ne devrait plus abriter de concert

La Ville vient en tout cas de refuser le permis d'exploiter, demandé par les propriétaires, pour que l'endroit devienne un lieu permanent de spectacles pendant le temps nécessaire au développement du projet de complexe hôtelier sur le site. Ce sont des questions de sécurité et de nuisances qui sont à l'origine de la décision négative de l'administration.

M. Gretry avec C. Adam

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK