La FGTB de Charleroi pour un parti à la gauche du PS

D'après Daniel Piron, les militants "ne peuvent plus entendre que 'sans le PS, ce serait pire'".
D'après Daniel Piron, les militants "ne peuvent plus entendre que 'sans le PS, ce serait pire'". - © Belga

La FGTB de Charleroi a décidé de se détourner du PS et d'appeler à la constitution d'un mouvement politique à sa gauche, peut-on lire lundi dans La Libre Belgique. Le secrétaire régional de la FGTB de Charleroi Sud-Hainaut, Daniel Piron, dit ne plus croire dans la capacité du PS de défendre les intérêts des travailleurs. Il a répondu aux questions des internautes. Relisez ce chat ci-dessous.

"La réflexion est née au sein du Comité permanent de la FGTB de Charleroi à la suite des mesures d'austérité prises par le gouvernement dans le cadre du budget 2012", explique Daniel Piron.

"Au lendemain de la grève du 31 janvier, nous avons fait le bilan de ce que nous avions obtenu. Les militants ont jugé que les avancées étaient cosmétiques", ajoute-t-il. D'après lui, les militants "ne peuvent plus entendre que 'sans le PS, ce serait pire'".

La FGTB de Charleroi a désormais l'intention d'interpeller l'ensemble de la gauche après les élections communales pour soumettre aux différents partis son programme. "On verra qui du PS, d’Écolo, de la gauche radicale et de la gauche chrétienne va s'engager sur un programme politique qui correspond aux aspirations du monde du travail, de la FGTB en particulier. Après, on pourra envisager la constitution d'une force de gauche qui pourrait être le relais de notre position", précise M. Piron, ajoutant qu'une association avec le nouveau parti de Bernard Wesphael n'est pas une option. "Bernard Wesphael, il divise la gauche. Notre projet, c'est tout le contraire. Nous, nous voulons rassembler la gauche."

Paul Magnette n'est pas inquiet

Interrogé par la RTBF, le ministre socialiste Paul Magnette, originaire de  Charleroi, répond à Daniel Piron : "C'est au moins la cinquième fois que j'entends ce discours".  Paul Magnette rappelle que la FGTB est "libre et autonome" par rapport au PS et il affirme qu’il y a aussi des syndicalistes qui travaillent avec le parti de manière "constructive et positive".

RTBF avec Belga

Relisez le chat avec Daniel Piron

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK