La Fête de la récup, même pour les matériaux de construction

Pendant 15 jours, 7800 pros de la récupération sont mis à l’honneur par RESSOURCES, la fédération des entreprises sociales qui œuvre à la revalorisation des déchets. Des professionnels qui recyclent des vêtements, des livres ou des meubles. Mais aussi, et c’est beaucoup plus rare, des matériaux de construction. C’est le créneau de l’entreprise sociale Retrival, à Couillet, près de Charleroi. Une entreprise de déconstruction. Et chez Retrival, tout commence toujours par un chantier.

Des banques, des entreprises, des services publics font appel à la société pour vider leurs locaux. C’est d’ailleurs sur un chantier à Auderghem que nous avons rencontré le cogérant de Retrival. "Le prix des matériaux récupérés revient à 1/3 du prix du neuf, nous explique Damien Verraver, en plein démontage d’une porte. Parce que déconstruire et désosser tout un bâtiment coûte plus cher que de le démolir. Le surcoût de la déconstruction doit être couvert par la revente des matériaux et par l’évitement coûteux des déchets qui partent au container."

C’est comme cela que cloisons, vitres, tuyauterie, portes, châssis et j’en passe, se retrouvent à Couillet près de Charleroi dans les hangars de Retrival. Ils y sont triés, parfois réhabilités en attendant de trouver preneur. Mais les patrons de Retrival sont conscients que leur développement passe par un site internet. Une future plateforme digitale baptisée Corenrmat. "Avec Cornermat, nous ambitionnons de devenir un brico de seconde main, précise Thibaut Jaquet, codirecteur. "Pour les professionnels de la construction mais aussi pour les particuliers".

Un cercle vertueux qui se traduit aussi au niveau de l’emploi. En tant qu’entreprise de réinsertion reconnue par la région wallonne Retrival forme et remet au boulot des personnes qui en ont été longtemps écartées. L’équipe de Retrival compte actuellement 30 travailleurs. L’année passée, 22 mille tonnes de matériaux de constructions ont pu être réutilisés.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK