La Fédération belge des taxis recrute 300 chauffeurs pour Bruxelles

1300 véhicules mais pas assez de chauffeurs.
1300 véhicules mais pas assez de chauffeurs. - © DIRK WAEM - BELGA

La Febet, la Fédération belge des taxis recrute 300 chauffeurs pour la Région bruxelloise. Pour se faire, l'organisation professionnelle se tourne vers Actiris, l'office régional pour l'emploi. Objectif: faire face à la pénurie de chauffeurs dont se plaignent les sociétés de transport rémunéré de personnes depuis plusieurs années.

Actuellement, Bruxelles compte près de 1300 véhicules pour 2000-2100 chauffeurs temps-plein. Insuffisant pour faire tourner les véhicules en permanence. "On dénombre 2900 personnes possédant leur certificat d'aptitude pour conduire un taxi. Mais parmi ces personnes, environ 800 travaillent à temps partiel, en extra, en complément d'un job principal... Si on compte une équipe de jour et une équipe de nuit pour une voiture, il faudrait idéalement 2600 chauffeurs temps plein minimum", précise Sam Bouchal, porte-parole de la Febet. 

"Nous avons énormément de mal à remplir les places vacantes derrière les volants des taxis bruxellois", soupire Sam Bouchal au nom du secteur. "C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de lancer, avec Actiris, une énième campagne de recrutement. Cette pénurie s'explique principalement par un taux d'échec important aux examens pour obtenir le certificat d'aptitude professionnelle. A Bruxelles, la procédure d'examen est différente de celle de nos voisins de Flandre et de Wallonie. A Bruxelles, le candidat doit également passer un entretien psychologique avec un taux d'échec qui atteint souvent les 100%."

Féminiser la profession

Dans le cadre de sa campagne de recrutement, lancée cette semaine, la Febet recherche des profils particuliers. "Nous voudrions féminiser notre métier, pour proposer une façon différente d'aborder le client. C'est une image du taxi un peu macho que nous voudrions voir disparaître. Le métier présente des contraintes et c'est certainement difficilement conciliable avec une vie de famille. Mais nous voulons clairement diversifier les horizons et sortir du cliché de la personne issue des quartiers défavorisés qui ne trouvent du travail qu'en devenant chauffeur de taxi. Nous voulons montrer que ce métier est valorisant et attirer des candidats de Bruxelles mais aussi de la périphérie."

Prochainement, des séances d'informations seront organisées par la Febet et Actiris à destination des candidats. Plusieurs dizaines de participants sont attendus pour les premières dates.

Salaire minimum garanti: 1654 euros brut par mois

Notons que le salaire minimum garanti d'un chauffeur de taxi est de 1654 euros brut par mois. "Le métier de chauffeur a deux particularités en terme de rémunération. Le chauffeur est payé au pourcentage de la recette avec un minimum garanti dans le cadre du contrat de travail. En clair, si le pourcentage de la recette ne permet pas d'avoir un salaire décent, la convention collective de travail a prévu un salaire minimum garanti de 1654 euros bruts par mois."

A Bruxelles, le secteur du taxi est réglementé par la Région bruxelloise et Bruxelles Mobilité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK