Le bourgmestre de Linkebeek Eric De Bruycker démissionne mais reste conseiller communal

Eric De Bruycker a totalisé 168 voix lors des dernières communales de 2012 contre 1232 pour Damien Thiery.
2 images
Eric De Bruycker a totalisé 168 voix lors des dernières communales de 2012 contre 1232 pour Damien Thiery. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le bourgmestre actuel de Linkebeek Eric De Bruycker qui a remplacé Damien Thiery a démissionné ce dimanche, lors du dernier jour possible pour déposer une liste en vue d'élections convoquées le 13 décembre prochain.

Eric De Bruycker rend sa casquette de bourgmestre mais reste conseiller communal au même titre que son colistier Rik Otten. Tous deux ne participeront pas aux élections partielles qui verront 13 sièges de conseiller communal remis en jeu, ces élections étant la conséquence de la démission collective des 13 conseillers communaux francophones sur les 15 que compte le conseil.

Eric De Bruycker avait prêté serment le 5 octobre dernier après avoir été désigné par la ministre flamande des affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA) en lieu et place de Damien Thiery, qui attendait lui sa nomination depuis 2007. Eric De Bruycker a totalisé 168 voix lors des dernières communales de 2012 contre 1232 pour Damien Thiery.

Liesbeth Homans n'a pas encore accepté la démission

"Lorsqu'elle aura reçu la lettre de démission du bourgmestre de Linkebeek Eric De Bruycker, la ministre flamande des Affaires intérieures Liesbeth Homans prendra une décision. Celle-ci est donc provisoirement en suspens", a indiqué dimanche Jan van der Vloet, porte-parole de la ministre.

Prolink, le parti d'Eric De Bruycker, a également décidé de ne pas se présenter aux élections communales prévues le 13 décembre prochain à Linkebeek. Le parti néerlandophone doute de la légalité de ce scrutin. Le porte-parole de Mme Homans n'a pas réagi sur ce point.

Dernier jour pour déposer les listes

Ce dimanche est le dernier jour autorisé pour le dépôt des listes électorales. Prolink devait normalement confirmer sa participation aujourd'hui, il en a été finalement autrement. De son côté, DEFI (ex-FDF) avait menacé de présenter une liste si Damien Thiéry (MR et leader francophone dans la commune) décidait de se conformer aux circulaires de la région flamande imposant l'envoi des convocations électorales uniquement en néerlandais

Il ne voulait pourtant pas démissionner

Le 25 octobre dernier, la veille d'un conseil communal extraordinaire, le néerlandophone Eric De Bruycker  avait annoncé ne pas vouloir démissionner. Le second élu du groupe Prolink Rik Otten avait alors expliqué que "les Francophones ne cherchent qu'à attirer l'attention des médias".

Lors de ce conseil communal, les militants flamands du TAK (Taal Aktie Komitee) avaient pris, en nombre, les places dans les bancs réservés au public car seuls les 50 premiers arrivés pouvaient entrer. Le TAK ont eu vent de cette information alors que les habitants n'ont pas été mis au courant. Les francophones ont alors accusé le bourgmestre Eric De Bruycker de complaisance à l'égard du TAK.

La Droite a déposé une liste 

La Droite participera au scrutin communal organisé dans la commune à facilités et y présentera une liste bilingue composée de quatre candidats. La tête de liste, Pascal Collet, un chef d'entreprise de 46 ans, est aussi le porte-parole de ce petit parti.

"Notre liste est composée de quatre candidats: un bilingue, un francophone et deux néerlandophones. Nous voulons de cette manière mettre un terme aux petites disputes communautaires. La Droite veut que les lois linguistiques soient respectées et s'oppose à l'idée défendue par certains francophones que la commune est une partie de la Région de Bruxelles-Capitale", a affirmé Pascal Collet.

"Les querelles doivent cesser dans l'intérêt des Linkebeekois. Ces élections sont donc la conséquence de l'égo surdimensionné de l'ancien bourgmestre Damien Thiéry, de son plan de carrière personnel et de sa bisbrouille avec le FDF (DEFI) toujours en embuscade pour rallumer la guerre linguistique", a estimé La Droite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK