La Distillerie de Biercée a déposé une demande de procédure de réorganisation judiciaire

L'entreprise, dont le produit phare est l'Eau de Villée, est en difficulté depuis plusieurs années, et les pertes financières sont devenues trop importantes.

La Distillerie de Biercée, installée à Ragnies (dans la région de Thuin), a pourtant connu des heures de gloire. La célèbre Eau de Villée a fait sa réputation et son succès mais l'entreprise, seule distillerie belge d'eaux-de-vie et de fruits, produit aussi, entre autres, le P'tit Péket, la Poire Williams N°1 ou encore, une bière blanche à l'Eau de Villée.

Pourtant, la situation financière s'est dégradée ces dernières années. La famille Mestdagh, qui possède 48% de l'entreprise via une holding, avait réinjecté plusieurs fois des sommes conséquentes mais en vain : le chiffre d'affaires, en baisse constante, était d'1,6 million d'euros en 2018, avec des pertes frôlant le million d'euros.

Qu'est-ce qui explique une telle dégringolade?

Sambrinvest, l'invest de la région de Charleroi, détient, elle, 35% de la société et a essayé de trouver de nouveaux marchés en développant le marketing. Mais Anne Prignon, la directrice de Sambrinvest, nous l'a avoué : rien n'a marché. La concurrence des grands groupes est féroce, dit-elle, la distillerie et ses 11 travailleurs ne font pas le poids.

Déposer une PRJ (procédure de réorganisation judiciaire) est la dernière étape avant la faillite. Anne Prignon dit vouloir chercher encore des pistes de relance ou, pourquoi pas, essayer de revendre l'entreprise. Mais c'est la famille Mestagh qui décidera au final. Nous ne sommes pas parvenus à obtenir de commentaire de leur part à ce stade.

Journal télévisé 25/10/2016

En 2016, la distillerie avait vu ses volumes de ventes chuté d'environ 25% . Une baisse qu'elle attribuait à l'époque à la hausse des accises sur les alcools forts 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK