La dernière édition du Gordel ne sera sans doute pas la plus sereine de toutes

Le Gordel revêt aussi un caractère politique qui, d’après les tensions des derniers jours, n’a pas complètement disparu avec la scission de BHV.
2 images
Le Gordel revêt aussi un caractère politique qui, d’après les tensions des derniers jours, n’a pas complètement disparu avec la scission de BHV. - © Belga

Comme chaque année, le premier dimanche de septembre accueillera le Gordel, cette balade autour de Bruxelles à pied et à vélo. C'est la dernière fois que le Bloso (l’Adeps flamand) organisera l'évènement. Un événement vu par les uns comme un acte politique ceinturant la capitale, et par les autres comme une activité sportive et familiale. La scission de l'arrondissement de BHV était une des principales revendications des participants politisés. Cela étant fait, le Gordel traditionnel n'a plus de raison d'être. Pourtant, les tensions n’ont pas totalement disparu…

Le Bloso, promet une nouvelle formule plus "touristique", mais seulement à partir de l'an prochain. La scission de BHV n'implique pas forcément un apaisement linguistico-communautaire dans la périphérie.

Rappelons que Rhode-Saint-Genèse a refusé, en cette année électorale, d'être l'un des principaux points de départ et d'arrivée du Gordel. Le groupuscule d'extrême-droite flamingant Voorpost a d'ailleurs prévu d'y faire une descente musclée dimanche, au départ du point de ralliement d'Alsemberg (qui remplacera Rhode-Saint-Genèse).

Quant à Linkebeek, son bourgmestre non-nommé Damien Thiéry a finalement donné son feu vert vendredi au passage des marcheurs du ''Gordel'' sur le territoire de sa commune.

Betty Cleeren

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK