La Communauté germanophone rend le masque obligatoire dans les centres d'hébergement et de soins

La communauté germanophone impose le masque obligatoire dans les centres d’hébergement et de soins
La communauté germanophone impose le masque obligatoire dans les centres d’hébergement et de soins - © xavierarnau - Getty Images

Alors que le conseil national de sécurité a décidé d’élargir l’obligation du port du masque aux lieux publics, le ministre germanophone en charge de la Santé, Antonios Antoniadis, a rappelé qu’il est obligatoire de porter un masque dans les centres d’hébergement et de soins de personnes âgées. Le ministre a réagi avec incompréhension aux déclarations de certains directeurs d’établissement, qui ont indiqué que tous les visiteurs des centres d’hébergement et de soins ne respectaient pas l’obligation de porter un masque alors qu’ils allaient rendre visite à un proche.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Le ministre a rappelé que près de la moitié des victimes du coronavirus sont décédées dans des maisons de repos et de soins. "Nous sommes face à un groupe de personnes particulièrement vulnérables. Il n’y a donc aucune raison, même médicale, d’entrer dans la chambre d’un résident sans porter de protection", souligne le ministre dans un communiqué de presse.

Seuls les résidents sont dispensés de cette obligation.

La police veillera au respect de la mesure

L’inspection de l’hygiène de la communauté germanophone a donc demandé le soutien de la police pour vérifier que la mesure est bien respectée dans les maisons de repos et de soins.

Le ministre en appelle aussi au sens des responsabilités de chacun et invite les proches à soutenir les efforts du personnel et des autorités du pays. "Il est de notre devoir de maintenir le risque d’infection au plus bas pour les résidents. Nous souhaitons atteindre cet objectif sans avoir à restreindre à nouveau l’accès aux établissements", conclut-il, précisant que l’interdiction des visites pourrait, à nouveau, être décrétée si de nouvelles infections, dues au non-respect des règles de sécurité, étaient recensées dans les maisons de repos et de soins.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK