La CGSP s'invite au Conseil Provincial pour exprimer son inquiétude quant à l'emploi

Des militants de la CGSP se sont invités ce mardi au Conseil provincial du Hainaut pour exprimer leurs inquiétudes quant au risque pour l'emploi provincial d'être affecté par la réforme en cours visant au financement des zones de secours. La majorité provinciale PS-MR a indiqué que toute forme de licenciement "est une ligne rouge que le Hainaut refusera de franchir", ont indiqué les instances provinciales dans un communiqué.

La CGSP estime que la contribution provinciale pour le financement des zones de secours, de l'ordre de 45 à 60 millions, met en péril les emplois et les missions de l'institution provinciale. Selon le syndicat, "le Fédéral n'assume pas son obligation légale de prendre en charge 50% du coût des zones."   Le Président du Collège provincial, Serge Hustache (PS), a souligné, de son côté, que la participation pécuniaire aux zones de secours fragilise l'équilibre financier de la province. "Dans cette réforme, le Collège provincial veut se baser sur des chiffres clairs et limités", a indiqué Serge Hustache, ajoutant que le Collège du Hainaut "réclame également que les provinces soient délestées du poids de la prise en charge du second pilier de pension dans les pouvoirs locaux, soit 13 millions d'euros."  

"L'emploi est tabou et les matières que nous gérons, l'enseignement qualifiant et le social, sont loin d'être résiduaires", a pointé Serge Hustache. "Aujourd'hui, les services provinciaux sont mobilisés dans un important processus de recherche d'économies internes."
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK