La CGSP Cheminots demande une réunion d'urgence pour le personnel de l'atelier TGV Forest

La CGSP Cheminots de Bruxelles estime que la cessation des activités Securail à Forest aura un impact sur "la sécurité de l'atelier et de son personnel" (illustration).
La CGSP Cheminots de Bruxelles estime que la cessation des activités Securail à Forest aura un impact sur "la sécurité de l'atelier et de son personnel" (illustration). - © Belga

La CGSP Cheminots de Bruxelles a demandé à HR Rail, l'employeur juridique du personnel des chemins de fer, d'organiser d'urgence une réunion extraordinaire de la Commission paritaire régionale au sujet du personnel Securail (CSS) de la loge et de l'atelier TGV de Forest. "Si la procédure de 'la sonnette d'alarme' devait échouer, un préavis de grève serait déposé", avertit jeudi le syndicat.

Le 15 janvier dernier, les syndicats reconnus ont été conviés par la direction pour une réunion d'information. Ils y ont appris que la SNCB avait décidé "de façon unilatérale" d'externaliser le service de gardiennage au profit de la firme privée Seris.

La CGSP Cheminots de Bruxelles estime que la cessation des activités Securail à Forest aura un impact sur "la sécurité de l'atelier et de son personnel".

Outre les responsabilités inhérentes au métier "très spécifique" du rail, les "agents de sécurité spécialisés de la SNCB sont des agents de police judiciaire qui peuvent interpeller et maintenir en rétention les intrus sur le site de Forest. Le service de gardiennage que l'on veut mettre en place au 1er mars n'aura pas une telle compétence", souligne le syndicat socialiste, qui s'interroge également sur les conditions de travail de ces sous-traitants.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK