La carte électorale de la Wallonie redessinée: la "circonscription du Centre" est née

Pour la région du Centre (Soignies-La Louvière-Binche), c'est un vieux rêve et un long combat qui se réalise partiellement: ils réclamaient un arrondissement "du Centre", ils auront une toute nouvelle circonscription, si l'on en croit Le Soir de ce samedi.

La carte politique wallonne sera en effet modifiée pour les prochaines élections régionales en mai 2019. Ce n'est pas une surprise: il s'agissait d'une obligation imposée par la cour constitutionnelle, saisie par ECOLO qui estimait qu'avec deux élus seulement pour Neufchateau-Virton, la représentativité des partis n'était pas assurée dans cette région. Même avec 25% des voix, impossible de s'y faire élire. La cour leur a donné raison, estimant que le seuil minimal était de 4 élus.

Outre l'autre circonscription luxembourgeoise (Arlon), celle de Thuin, avec 3 élus seulement, était également concernée. La solution était simple pour le Luxembourg: il suffisait de fusionner les deux pour en faire une seule circonscription provinciale avec 5 élus (3+2).

Le problème était plus épineux pour la circonscription de Thuin: là aussi, on aurait pu fusionner cette "petite" circonscription avec celle de Charleroi. Mais c'était sans compter la volonté, ancienne, de plusieurs communes de la région dite du "Centre" de former un nouvel arrondissement qui corresponde mieux à leur bassin de vie. Et selon Le Soir, malgré la crise politique francophone, les présidents du PS, du CDH et du MR auraient abouti à un accord, en passe d’être déposé au parlement wallon, où il devrait logiquement être approuvé lors de la prochaine rentrée parlementaire. Il s'appliquerait donc, comme l'exige le décret de la cour constitutionnelle, aux prochaines élections régionales de 2019.

Comment sera redessinée la carte?

Au Luxembourg: les deux circonscriptions de Neufchateau-Virton et d'Arlon seront fusionnées en une circonscription du Luxembourg.

Dans le Hainaut: attention, on s'accroche. Car à part celle de Mons, toutes les autres circonscriptions seront redessinées, et passeront de 5 à 4.

La circonscription électorale de Thuin qui envoyait 3 élus au parlement wallon, sera supprimée. Un arrondissement administratif de Thuin devrait cependant subsister selon l'accord.

La plupart des communes de l'arrondissement, dont Thuin, Chimay, Beaumont, Lobbes et Anderlues, seront rattachées à la circonscription de Charleroi.

Binche, Morlanwelz et Estinnes seront elles rattachées à la nouvelle circonscription "du Centre" (qui serait en fait une "super-circonscription" de Soignies)... mais ce ne sont pas les seules.

La circonscription de Charleroi, sera elle amputée de deux communes: Manage et Seneffe, qui viendront elles aussi grossir les rangs de cette nouvelle circonscription du Centre.

La circonscription de Soignies prend du coup un tout autre visage, avec les nouvelles arrivées, mais aussi le départ d'Enghien, Silly et Lessines qui passeront côté Wallonie picarde, dans la circonscription d'Ath-Tournai-Mouscron.  Et même un autre nom, puisque l'accord prévoirait qu'il s'agisse de la circonscription de "Soignies-La Louvière".

Depuis des décennies, les politiques de cette région du Centre demandaient un arrondissement adapté pour leur région (notamment, il y a une vingtaine d'années, le ministre socialiste Willy Taminiaux). Ce sera le cas à l'avenir: Soignies, Braine-le-Comte, Le Roeulx, Ecaussinnes, La Louvière formeront avec Binche, Estinnes, Morlanwelz, Manage et Seneffe une seule circonscription. "Manque à l'appel" la commune de Chapelle-lez-Herlaimont, voisine de Manage et Seneffe, et membre de la "Communauté urbaine du Centre" où toutes ces communes s'accordent à lancer des projets communs, mais qui a préféré rester dans la circonscription de Charleroi.

Une nouvelle qui réjouit plutôt Laurent Devin, bourgmestre de Binche et président de cette Communauté Urbaine du Centre, heureux de cette reconnaissance politique de la région: "On va pouvoir parler de projets communs".

ECOLO sidéré

Stéphane Hazée, chef de groupe Ecolo au parlement wallon, se dit "sidéré" par cet accord alors que le PS et le cdH "se livrent à un pugilat d'une intensité rare" depuis le début de la crise politique dans les entités fédérées francophones. "Ils se disputent sur l'avant-scène mais s'entendent en coulisses sur une importante révision de la carte électorale en Wallonie", ajoute-t-il. "C'est interpellant."

Ecolo déplore par ailleurs de ne pas avoir été associé à la réflexion sur le redécoupage des circonscriptions électorales. "Quand on fixe les règles du jeu, il serait normal de ne pas confisquer le débat et d'impliquer toutes les formations démocratiques", ponctue Stéphane Hazée.

ECOLO associé avant d'entériner l'accord, demande le cdH

"Le cdH est d'accord avec ce projet, mais rien n'est signé ni voté", a affirmé à Belga M. Fourny. "Le projet répond à l'arrêt de la Cour constitutionnelle, mais le cdH souhaite qu'Ecolo y soit associé", a commenté M. Fourny.

Le cdH, qui a annoncé le 19 juin dernier vouloir constituer des majorités sans le PS en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles, poursuit actuellement avec le MR et Ecolo des pourparlers sur la bonne gouvernance, en préalable à toute négociation sur la formation de coalitions gouvernementales.

 

3 images
La carte électorale de la Wallonie redessinée: la "circonscription du Centre" est née © Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK