La "Boucle du Hainaut", chaînon manquant du réseau électrique à 380 kVolts

Illustration
2 images
Illustration - © PxHere

Elia, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité haute tension, a présenté vendredi à Mons le projet de la "Boucle du Hainaut". La future jonction d'une ligne à 380.000 volts (380 kV), qui doit faire l'objet d'une révision du plan de secteur, devrait traverser le Hainaut via 14 communes entre Mont-de-l'Enclus et Courcelles. La mise sous tension est programmée pour 2028.

L'élaboration du projet de la "Boucle du Hainaut" a franchi une nouvelle étape avec le récent dépôt du projet au sein des 14 administrations communales du Hainaut concernées, et le début de la procédure officielle de demande de révision du plan de secteur. Cette phase précédera les procédures de demande de permis d'urbanisme visant à construire l'infrastructure. L'objectif de l'opérateur Elia est de mettre la liaison sous tension à l'horizon 2028.

La "Boucle du Hainaut" sera, à l'horizon 2028, la réalisation du "chaînon manquant" dans le transport l'électricité à travers la province de Hainaut. La future nouvelle ligne à 380 kV sera établie sur un "corridor" de 84,8 kilomètres envisagé entre le poste à haute tension d'Avelgem et celui de Courcelles, via 14 communes hennuyères.

Le projet vise à tendre vers un système énergétique intégrant en part majeure d'énergies renouvelables et ainsi, d'atteindre à terme la neutralité carbone

Le choix technologique s'est porté sur une liaison aérienne en courant alternatif correspondant au niveau de tension de 380 kV et à la capacité de transport de l'énergie de 6 gigawatts (GW).

"Le projet vise à tendre vers un système énergétique intégrant en part majeure d'énergies renouvelables et ainsi, d'atteindre à terme la neutralité carbone", ont indiqué les instances d'Elia.

"L'axe de transport de l'énergie actuel tend vers la saturation. Le réseau actuel est bien maillé autour de certaines de ses sources de production majeures, telles les centrales nucléaires, à l'est du pays. Dans le futur, l'électricité viendra davantage de l'ouest, de France, du Royaume-Uni via des éoliennes offshore dont la production devrait passer de 2,3 GW en 2020 à jusqu'à 4 GW en 2030. Dès lors, cette production énergétique de renouvelable sera plus importante et il est nécessaire que le réseau entre la côte et le centre du pays soit renforcé. Cela nécessite donc une nouvelle infrastructure de transport qui permettra de répondre aux défis de la transition énergétique."

Le projet a également comme objectif d'assurer l'accès compétitif et abordable à l'électricité mais aussi de soutenir l'attractivité économique en Wallonie - et plus spécifiquement dans le Hainaut - et, enfin, de fiabiliser l'approvisionnement électrique pour les consommateurs.

Les 14 communes du Hainaut concernées sont Mont-de-L'Enclus, Celles, Frasnes-Lez-Anvaing, Leuze, Ath, Chièvres, Brugelette, Lens, Soignies, Braine-Le-Comte, Ecaussinnes, Seneffe, Pont-à-Celles et Courcelles. Le dossier de base de demande de révision du plan de secteur précise qu'un "corridor" de 200 mètres de large a été déterminé. Plusieurs critères ont été pris en considération pour l'implantation de la future infrastructure, comme la revalorisation du plan de secteur existant. Selon le projet d'Elia, quelque 38% de l'infrastructure électrique actuelle pourraient être valorisés dans le cadre du nouveau projet. On pointe aussi des critères d'exclusion pour la future implantation aérienne comme les zones Seveso et les aéroports, l'éloignement des zones d'habitats et des critères liés à l'environnement et au patrimoine.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK